Me Thierno Souleymane Barry, avocat

Comme annoncé précédemment, la pandémie de coronavirus a touché la maison centrale de Conakry. De nombreux prisonniers ont été testés positifs au Covid-19, dont certains en sont décédés. Cette situation préoccupe maître Thierno Souleymane Barry, avocat au barreau de Guinée. Au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, l’avocat a exhorté l’Etat guinéen à appliquer les directives de l’ONU et de l’OMS, relatives au désengorgement des prisons.

« Par rapport à l’éclosion du Covid-19 à la maison centrale de Conakry, nous avons un sentiment d’urgence. Parce que n’oubliez pas que la préoccupation majeure, planétaire aujourd’hui, c’est cette pandémie. Et par essence, les maisons d’arrêt, les prisons et autres lieux d’incarcération, sont connus pour être des lieux d’éclosion de certaines maladies en raison de la promiscuité. Cela n’est pas propre à la Guinée seulement, cela est partagé à travers plusieurs pays.

Mais en Guinée, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de grâce, contrairement aux autres pays de la sous-région où on a constaté qu’il y a eu des larges grâces. Cela provient d’une directive même du Haut-Commissariat des Droits de l’Homme des Nations Unies qui demande instamment aux Etats de faire en sorte d’élargir au maximum les détenus pour désengorger les prisons et éviter des hécatombes », a-t-il rappelé.

Il invite les autorités guinéennes à s’inscrire également dans cette logique en faisant en sorte de désengorger la maison centrale de Conakry, mais aussi les prisons civiles se trouvant à l’intérieur du pays. « La mesure visant à libérer le maximum des détenus ne doit pas seulement se limiter à la maison centrale. Il faut penser également à l’ensemble des prisons civiles à l’intérieur du pays où il peut y avoir parfois des inquiétudes réelles », préconise Me Thierno Souleymane Barry.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin