Les fortes pluies qui se sont abattues sur la ville de Conakry dans la nuit du mercredi au jeudi, 07 mai 2020, ont défiguré certains axes routiers. Les eaux de pluie ont charrié des tas d’ordures sur une partie du tronçon entre le marché de Sonfonia et celui d’ENTAG, précisément à ENTAG Nord, dans la commune de Matoto. Cette route a été submergée par des tas d’immondices qui ont complètement bloqué le passage. Les citoyens ont été sérieusement affectés par cette situation qui perdure, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des usagers de cette route et des habitants du quartier ENTAG Nord ont passé des moments difficiles entre mercredi nuit et la journée d’hier jeudi. Les fortes pluies et les eaux de ruissellement ont charrié d’importantes quantités d’ordures sur les lieux au grand dam des usagers et des riverains.

Madame Aïcha Dioubaté

C’est le cas de madame Aïcha Dioubaté qui est revenue sur leur calvaire. « Il y a certaines personnes qui viennent déverser les ordures dans les caniveaux. Et quand il pleut, les eaux de ruissellement drainent ces mêmes ordures vers la route principale. Hier nuit (mercredi 06 mai), quand il pleuvait, il a fallu qu’on fasse appel aux jeunes du quartier. Certains ont pris des pelles et d’autres des houes pour dégager un peu les ordures des caniveaux. De 22 heures jusqu’à minuit, on n’a pas dormi. On a beaucoup souffert ici. On ne peut même pas s’asseoir devant sa porte à cause des mauvaises odeurs. Nous demandons aux autorités de nous aider à résoudre ce problème. Nous manquons de containers d’ordures. Il n’y a aucun container ici à Enta-Nord. Si on avait au moins 4 à 5 containers, ça allait diminuer le problème d’ordures. Mais comme ça, c’est grave ».

Alpha Oumar Bah, marchand des matériels de couture

Même son de cloche chez Alpha Oumar Bah, un autre riverain des lieux qui accuse les autorités du quartier de n’avoir rien fait pour porter main forte aux jeunes. « Concernant ces ordures, chaque année c’est comme ça. Depuis que la pluie a commencé, on n’a pas pu dormir. On a tout fait pour évacuer ces ordures. Si non ça allait défoncer beaucoup de magasins et gâter beaucoup de choses. J’avoue que lorsqu’on travaillait, aucune autorité n’est venue nous aider. On a vu personne », s’est plaint ce marchand de matériels de couture.

Ibrahima Camara, citoyen volontaire du quartier

Pour sa part, Ibrahim Camara, citoyen du quartier, affirme que chaque année, il se porte volontaire pour le curage des caniveaux. Mais, aucune solution durable n’a été trouvée au problème. « Ça fait 3 ans que c’est moi qui déplace les machines pour venir nettoyer ici. Parfois, ça me coûte 2 millions 500 mille à 3 millions GNF. C’est pourquoi je me suis porté volontaire, prendre mon propre argent pour faire le curage des caniveaux. Ce que je fais là, c’est le travail des autorités. Mais je jure, je peux sortir des ordures du caniveau et les mettre au bord de la route. Mais ça peut passer des années ici, si moi-même je ne prends pas encore les camions pour les transporter au grand dépotoir d’ordures, personne ne viendra les prendre. Ce qui nous fatigue aussi, c’est ce pont fabriqué par une société sénégalaise. Le pont a été mal fait, c’est ici passaient les ordures. Mais le pont est très petit et ils l’ont mis aussi par terre. Ils devraient un peu soulever le pont pour que le passage des eaux de ruissellement soit facile ».

Oury Bailo Dillo, Chef du quartier d’Enta-Nord

Rencontré par notre reporter, le chef du quartier d’Enta-Nord, Oury Baïlo Diallo, a reconnu la triste réalité tout en disant qu’il va saisir la mairie pour une éventuelle solution. « Je suis au courant de ce problème parce que chaque année, si on n’arrive pas à nettoyer les fosses à la tombée des pluies, ça devient un problème pour nous et pour nos citoyens. Ça bloque la route et les chauffeurs passent difficilement. Nous, notre référence, c’est monsieur le maire. Il ne peut pas tout faire à la fois mais, il faut savoir qu’il n’est pas assis. Le problème d’ordures crée beaucoup de troubles ici dans le quartier. Mais, comme le maire est là et qu’il y a un ministère maintenant pour la gestion des ordures, nous allons les informer », a-t-il annoncé.

 

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: + 224 622 07 93 59 § 666 87 73 87

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin