Mamadou Hawa Labiko

L’annonce d’un accord verbal entre le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et le Premier ministre portant sur le dégel des salaires des enseignants redonne espoir dans les rangs des « anciens » grévistes. Dans la ville de Labé, les responsables syndicaux ont exprimé leur joie ce samedi ,9 mai 2020 et attendent la concrétisation de la mesure, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après quatre mois de gèle de salaire, les enseignants affiliés au SLECG peuvent enfin souffler. L’annonce d’un déblocage de leurs salaires est bien accueillie dans la corporation. Mamadou Oury Hawa Labico Diallo, secrétaire général du SLECG de Labé, n’a pas caché sa joie face à ce dénouement de ce dossier en pleine crise sanitaire doublé du mois de ramadan. « A la base, particulièrement, nous avons accueilli cette nouvelle avec joie. Nous avons compris que nous n’avons pas souffert inutilement et que nos objectifs sont atteints. Nous allons récupérer bientôt nos salaires et nos primes. Nous attendons les résultats qui seront issus de la rencontre entre le ministère de l’éducation nationale et les Directions Communales de l’Education MENA pour voir la faisabilité de l’application de cette décision. Donc c’est une chose qui a été très bien appréciée particulièrement à la base par ce que le combat n’a pas été facile », a-t-il laissé entendre.

Le syndicaliste a saisi l’occasion pour féliciter et remercier ceux qui ont pensé aux enseignants grévistes pour les 4 derniers mois. « Heureusement pour nous, les gens ne nous ont pas abandonnés, particulièrement nos anciens élèves qui sont partout dans le pays et à l’extérieur. Ils se sont mobilisés pour nous soutenir. Les enseignants de Labé nous ont particulièrement aidés. Et pour preuve, il n’y a pas longtemps, ils nous ont fait une cotisation monstrueuse qui nous permettait de tenir le coup même si ce dégèle ne s’était pas fait. Nous avons compris que notre combat n’est pas vain car nous avons été soutenus par l’ensemble de la population. Si vous vous retrouvez dans le besoin et qu’on cotise pour vous soutenir jusqu’à hauteur de neuf (09) millions de francs guinéens, cela n’est pas fortuit », a-t-il dit.

Il faut souligner que depuis le mois de janvier, les enseignants grévistes du SLECG traversent des moments difficiles. D’ailleurs, à la fin du mois d’avril dernier, les enseignants dont les salaires sont gelés ont fait un sit-in devant les locaux de la direction préfectorale de l’éducation.

Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin