Communiqué : LE RESPECT DES DROITS DES PATIENT·E·S A l’HEURE DU COVID-19

Lancement de la campagne  « Droit à la continuité des soins pour les patient·e·s souffrant de maladies chroniques »

Conakry le 12 avril 2020 : En écho à la journée des droits patient·e·s célébrée chaque année la semaine du 16 avril, le collectif interassociatif pour le plaidoyer et la promotion des droits des patient·e·s en Guinée appelle à la mobilisation des acteur·trice·s financiers et techniques pour la continuité des soins et le droit à l’information en cette période de crise sanitaire.

La pandémie du Coronavirus bouleverse les systèmes sanitaires dans le monde entier. Ce sont près de deux millions de cas de COVID-19 qui ont été ‎signalés à l’OMS depuis le début la pandémie, et plus  de 123 000 décès. Selon, le dernier communiqué de l’ANSS (Agence Nationale de Santé Publique en Guinée) la Guinée enregistre environs 2213 cas signalés dont 771 guéris et   malheureusement 11 décès.

En Guinée, un défi supplémentaire pour un système sanitaire en pleine reconstitution

En république de Guinée, cette crise intervient dans un contexte où les services de santé et le système de santé en général font face à des nouveaux besoins de réforme consécutifs à l’épidémie d’Ebola qui a sévi dans le pays avec

2 544 décès sur 3 813 cas recensés entre 2014 et 2016.

C’est pour faire face à ces besoins émergents, qu’est né le collectif en 2018 avec l’appui du projet PACTES « Patients au cœur du traitement et des soins » mis en œuvre par Solthis en Guinée avec le soutien financier  de l’Agence Française de Développement et d’Unitaid à travers le projet OPP-ERA.

Depuis, le Collectif s’est développé et intervient avec d’autres acteur·trice·s engagé·e·s dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et dans la promotion des droits humains pour contribuer à l’amélioration du système de santé guinéen à travers la promotion du respect des droits des patient·e·s à une prise en charge de qualité prenant en compte leurs besoins.

Co-construire la riposte contre le COVID-19 avec la société civile et les communautés

Si les cas de COVID-19 importés semblent être maitrisés, un défi majeur reste, celui de stopper la chaîne de contamination communautaire. Ceci ne saurait être possible qu’en construisant la prévention avec les communautés pour concevoir des messages adaptés et  une  diffusion efficace des gestes barrières. Nous en appelons à une large implication des responsables communautaires dans la riposte nationale contre le COVID-19 pour favoriser la mise en place d’un dispositif de prévention et de prise en charge efficace à l’écoute des besoins des patient·e·s.

Le collectif, riche de son expérience dans la riposte contre le VIH et la maladie à virus Ebola constitue un atout pour co-construire la prévention avec les communautés.

La continuité des soins un enjeu majeur pour les personnes vivant avec le VIH et la tuberculose

La crise actuelle risque d’affecter la continuité des services de soins, notamment pour les patient·e·s les plus vulnérables comme les PPVIH, les patients souffrant de la tuberculose, du diabète, les personnes âgées et les enfants qui constituent un groupe à risques. Nous appelons à la vigilance des acteur·trice·s communautaires pour une bonne mise œuvre du plan de contingence national élaboré pour la continuité des soins par le Programme national de lutte contre le VIH/SIDA et les Hépatites (PNLSH) et le Programme national de lutte contre la Tuberculose ( le PLLAT)  afin que cette pandémie ne laisse pas sur le bas-côté tous les malades ayant besoin de soins pour d’autres  pathologies ou que les patient·e·s, par peur de l’infection, ne désertent leurs structures de soins et leurs traitements,  indispensables au maintien de leur santé, comme cela avait été le cas pendant la crise Ebola.

Nous sommes toutes et tous engagé·e·s dans le même combat, et ce n’est ‎qu’ensemble que nous vaincrons   cette pandémie

Avec une file active de 61897 patients sous ARV (dont 35.509 à Conakry) et 3114 sous ATB et 2030 coinfectés TB/ VIH, l’enjeu est de taille et nécessite l’implication de toutes et tous pour assurer la continuité des soins. En écho à la journée des droits des patient·e·s, le collectif a lancé la campagne « Droit à la continuité des soins pour les patient·e·s souffrant de maladies chroniques ». Durant cette campagne, les actions suivantes seront principalement menées pour limiter l’exposition inutile des patient·e·s et favoriser leur confiance dans les services de santé afin d’assurer la continuité des services essentiels :

·         Distribution de masques aux patient·e·s à risques, pour qu’ils se sentent en sécurité de fréquenter les centres de santé et recevoir leurs traitements,

·         Mobilisation des agents psychosociaux et leaders associatifs pour que les patient·e·s  continuent à fréquenter les structures de santé

·         La confection et distribution d’outils de communication sur le risque des troubles concomitants

COVID-19 & pathologies chroniques, suivi de sensibilisations ciblées

·         Mise en place d’un système de veille des violations des droits des patient·e·s

·         Installation de points de lavage des mains et ‎distribution de savons au niveau des sièges des associations

Contact

Association Contact Email
REGAP+ (Réseau Guinéen des Association des Personnes infectées et affectés par le VIH) 628 733 590  
REFIG (Réseau des Femmes infectées et affectées par le VIH/Sida en Guinée) 623 918 408  
FEG (Fondation Espoir Guinée 622 973 032  
FMG (Fraternité Médicale Guinée) 622 653 454  
ASFEGMASSI (Association des Femmes de Guinée pour la lutte contre les infections sexuellement transmissibles y compris le Sida) 622 414 607  
Afrique Arc en Ciel Guinée (association militante en faveur des droits des HSH)

 

620 562 317  

En savoir plus sur le projet PACTES mis en œuvre par Solthis et soutenu par l’Agence Française de Développement

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin