Le manque du courant électrique continue de créer des troubles en République de Guinée. Dans la cité industrielle de Kamsar (préfecture de Boké), ce sont les jeunes qui descendent dans la rue ces derniers jours pour exprimer avec force leur refus de cautionner par le silence les délestages. Après avoir ciblé le domicile du maire de la commune rurale il y a deux jours, ce sont les trains de ceux qui exploitent nos mines qui sont désormais dans le viseur des manifestants, notamment ceux de GAC et de la CBG.

À en croire des habitants de Kamsar qui ont joint Guineematin.com au téléphone dans la matinée de ce mardi, 12 mai 2020, les forces de l’ordre ne parviennent pour le moment ni à calmer les jeunes révoltés, ni à les disperser. Les trains (de GAC et de la CBG) et les véhicules (qui transportent le personnel) des exploitants de la bauxite sont bloqués au niveau de Bagataye-Condébondji. « Il est impossible de passer actuellement ! Les flemmes des pneus brûlés sont visibles sur le goudron. Pour le moment, nous allons replier dans la cité », a indiqué une de nos sources.

On apprend que pour le moment, la zone de Sahara est totalement contrôlée par les jeunes qui exigent la fourniture du courant électrique.

Depuis dix ans, le régime Alpha Condé promet de mettre fin aux délestages du courant électrique à Conakry et dans les principales villes de l’intérieur. Plusieurs millions d’euros y ont été investis. Mais, les détournements, la corruption, l’impunité et le copinage ont pris le dessus… Et, certains guinéens sont toujours obligés d’éclairer leurs maisons à la lumière de la bougie…

À suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin