Après les manifestations sociales de 2006 et 2007, le Général-Président Lansana Conté (arrivé au pouvoir grâce au coup d’Etat du 03 avril 1984) a été obligé de choisir un Premier ministre parmi les 5 propositions soumises par le syndicat et la société civile. Mais, au lieu de 5, la short-liste n’a révélé que 4 noms, puisque leaders syndicaux et de la société civile ont, sans évidemment se concentrer, proposé Mohamed Béavogui. Outre ce réputé fonctionnaire international, qui avait bénéficié de la confiance des deux entités, il y avait Elhadj Mamadou Saidou Diallo, Lansana Kouyaté et Kabinet Komara (qui deviendra le Premier ministre de la junte militaire dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara, après la mort du Général-Président, le 22 décembre 2008).

Au sein de l’opinion, on parlera d’un rôle éminent que madame Henriette Conté aurait joué pour faire accepter à son mari Lansana Kouyaté à la Primature. En bon africain, le Général-Président estimait que Dieu avait choisi pour lui en convergeant les choix de tous les acteurs sur Mohamed Béavogui…

La proximité entre le Premier ministre dit de consensus et la défunte Henriette Conté sera également évoquée quand il s’est agi de l’expulsion de Mme Chantal Colle de la Guinée…

Bref, le décès de madame Henriette Conté doit forcément susciter des émotions et des souvenirs chez l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, qui réside désormais en France. C’est pourquoi, un journaliste de Guineematin.com est allé voir le mur du patron du PEDN pour voir ce qu’il a écrit sur la disparition de l’ancienne Première Dame de la République.

Ci-dessous, la réaction de Lansana Kouyaté :

« Nous, mon épouse et moi, venons d’apprendre avec surprise et désolation, la mort de Madame Henriette Conté, ce jour du 12 Mai 2020.

Guidée par une très forte spiritualité, cela ne l’empêcha pas d’assister son mari le Président Lansana Conté et la Guinée à calmer des moments de braises en 2006 et en 2007. Elle a su, avec beaucoup de modestie et de ténacité, rapprocher les points de vue des parties en conflit. Le rôle qu’elle joua était un rôle de rapprochement et de réconciliation autour des programmes bien précis.

Elle a épaulé son mari en toute discrétion pour aboutir à un gouvernement de consensus national, destiné à enrayer les tourments et tumultes d’alors, qui auront causé beaucoup de morts, de blessés et de destructions de biens matériels. Ce rôle qu’elle a joué, à un moment de totale dévotion à la cause de son pays, a marqué ses traces dans l’histoire de notre pays.

Nous présentons les condoléances à sa mère, à ses frères et sœurs, à l’ensemble du Parti de l’Unité et du Progrès (PUP) et au Peuple de Guinée.

Nous prions Dieu de lui accorder son pardon tout en lui ouvrant les portes de son Paradis », a écrit le président du PEDN sur sa page Facebook.

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin