Au lendemain des manifestations meurtrières d’hier, la situation reste tendue à Dubréka et Kamsar. Plusieurs habitants de ces deux localités sont descendus à nouveau dans la rue ce mercredi, 13 mai 2020 pour exprimer leur colère. Ils ont décidé cette fois de faire de la désobéissance civile en allant rouvrir les mosquées, qui sont fermées depuis plus d’un mois et deux semaines en raison de la pandémie du coronavirus qui sévit dans le pays.

Dans la commune urbaine de Dubréka, tout comme dans le chef-lieu de la sous-préfecture de Kamsar (Préfecture de Boké), de nombreuses mosquées ont été rouvertes de force par des citoyens en colère, même si pour le moment les prières n’ont pas repris dans ces lieux de culte. Les manifestants ont décidé également de mettre fin au port de masque, rendu obligatoire en Guinée depuis le 18 avril dernier. Tout citoyen aperçu avec un masque de protection est aussitôt interpellé, son masque retiré et déchiré.

Au-delà de leur gravité, puisqu’ils peuvent contribuer à la propagation de la pandémie du coronavirus dans le pays, ces actes de désobéissance civile témoignent du fossé qui se creuse de plus en plus entre les gouvernants et les gouvernés en Guinée. L’écrasante majorité de la population ne croit plus en tout ce que disent et font les autorités du pays. Au sein de l’opinion, les dirigeants sont perçus n’ont pas comme des gens qui sont là pour servir le pays, mais plutôt pour se servir du pays et s’enrichir sur le dos des pauvres populations.

Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin