Pr. Bangaly Traoré, service de cancérologie de l’hôpital national Donka

La semaine de dépistage du cancer de la peau a débuté le 11 mai 2020. Pendant cinq jours, l’occasion est généralement mise à profit pour interpeller sur l’usage de produits cosmétiques, de crèmes, d’huiles solaires de mauvaise qualité qui accentuent les effets nocifs du soleil sur la peau. Cette année, cette semaine est mise en veilleuse à cause de la propagation du nouveau coronavirus.

Pour parle cet autre mal, qu’est le cancer de la peau, un reporter de Guineematin.com a donné la parole au Professeur Bangaly Traoré, chef service de Cancérologie du CHU Donka.

Guineematin.com : la semaine nationale de dépistage du cancer de la peau a débuté depuis quelques jours. Dites-nous, c’est quoi le cancer de la peau ?

Pr Bangaly Traoré : Le cancer de la peau, ce sont des tumeurs malignes caractérisées par une multiplication cellulaire, anarchique et désordonnée qui se fait aux dépens de la cellule de la peau. A noter qu’au niveau de la peau il y a plusieurs types de cellules. En fonction des couches, il y a l’épiderme, le derme, hypoderme et puis il y a les annexes. Donc, toutes les cellules constituant la peau peuvent être les sièges de cancer. Alors classiquement, on distingue les cancers non mélaniques et des cancers aux dépens des cellules mélaniques, c’est-à-dire qui assurent la coloration de la peau.

Guineematin.com : comment reconnait-on le cancer de la peau à la différence des autres maladies ?

Pr Bangaly Traoré : les signes, c’est toute lésion qui existe au niveau de la peau. Toute lésion qui existe au niveau de la peau peut signifier la présence d’un cancer de la peau mais ça peut aussi se retrouver dans d’autres maladies comme infectieuses ou autres maladies non cancéreuses. Ce qui est important d’abord, c’est que les cancers de la peau sont des cancers qui apparaissent sous des zones exposées au soleil. Là c’est de façon sporadique qu’on rencontre partout dans le monde. Alors, il y a aussi des particularités africaines, surtout dans notre pays, avec des cancers qui apparaissent au niveau des parties couvertes c’est-à-dire non exposées au soleil. Donc, ce sont des cancers qui apparaissent surtout quand vous avez une plaie qui apparaît sur une cicatrice ancienne, ou bien lorsqu’il y a un ulcère, c’est-à-dire une plaie chronique qui ne cicatrise pas plus de 3 semaines. Ça aussi, il se peut qu’il y ait un cancer de la peau. En dehors des ces aspects là, lorsqu’on voit un nodule c’est-à-à-dire une boule qui apparaît au niveau de la peau, une ulcération au niveau de la peau c’est-à-à-dire une plaie chronique qui apparaît également, ou bien des lésions à type de rougeur et autres et qui s’agrandissent surtout qui sont indolores, ça aussi ça peut signifier un cancer de la peau. Il n’y a pas a priori un signe spécifique d’autant plus que les mêmes peuvent retrouver dans d’autres lésions. Il y a des formes particulières comme par exemple les cancers mélaniques qui sont surtout pigmentées, des lésions qui sont parsemées au niveau de l’organisme. Ça aussi, ça peut signifier le début d’un cancer de la peau.

Guineematin.com : quelles peuvent être les causes du cancer de la peau ?

Pr Bangaly Traoré : d’abord il faut dire que les cancers de la peau sont des maladies qui sont multifactorielles. Le dénominateur commun de ces types de cancers de la peau, c’est l’exposition de la peau au soleil. Les rayons ultraviolets entraînent des dommages au niveau des différentes couches de la peau et ça peut favoriser le développement des types de cancers, que ce soit les cancers mélaniques ou non mélaniques. Ça c’est le dénominateur commun. Maintenant, les particularités en Afrique et surtout des cancers cutanés de la peau noire, ce sont des cicatrices des brûlures donc des anciennes cicatrices sur lesquelles apparaissent des plaies, il y a aussi des ulcères, des plaies chroniques sur lesquelles se développent les cancers de la peau. Mais il y a aussi ce qu’on appelle l’immunodépression c’est-à-dire des personnes infectées par le VIH, chez lesquels on rencontre un type particulier appelé sarcome de Kaposi, mais aussi on peut assister à une augmentation des autres types de cancer, notamment les cancers mélaniques et les cancers non mélaniques. Il y a des dermatoses qui prédisposent également au développement du cancer, c’est l’albinisme. Donc, c’est un défaut de la pigmentation de la peau. Il y a certaines personnes qui sont déficitaires de certains enzymes leur permettant de résister à l’exposition au soleil. Ça aussi ces prédispositions là peuvent favoriser le développement des cancers de la peau. Naturellement, il y a aussi la dépigmentation et la pollution atmosphérique avec la consommation des tabacs.

Guineematin.com : peut-on savoir comment prévenir ces maladies de la peau qui sont les cancers ?

Pr Bangaly Traoré : il y a d’abord la prévention primaire qu’il faut faire en agissant surtout pour éviter l’exposition des sujets au soleil, surtout pour les personnes qui sont vulnérables notamment les albinos et les sujets qui ne tolèrent pas les rayons ultraviolets. Donc ceux-là, ils doivent éviter toute exposition aux rayons solaires. Les personnes prédisposées doivent éviter l’exposition prolongée au soleil, pour éviter l’apparition de ces cancers associée à l’exposition solaire. Il faut également éviter la consommation de tabac mais aussi il faut surveiller les cicatrices et prendre soin de façon radicale les ulcères ou les plaies chroniques. Il faut aussi absolument éviter l’utilisation des produits qui entraînent la dépigmentation et s’il faut utiliser ces produits là, il faut se référer à un dermatologue pour avoir les conseils afin d’éviter le cancer. Ça c’est les mesures primaires. Il y a aussi les mesures secondaires qui consistent à surveiller des lésions dermatologiques ensuite la surveillance des sujets prédisposés à développer les cancers de la peau notamment les albinos.

Guineematin.com : parlez-nous un peu du traitement de ces différents types de cancers ?

Professeur Bangaly Traoré : Le traitement de façon générale, est conservateur c’est-à-dire l’ablation au niveau de la peau environnante sans couper un organe quelconque de l’organisme. Donc c’est le traitement chirurgical, la radiothérapie, la chimiothérapie et le traitement de l’immunodépression, c’est-à-dire le traitement antirétroviral pour traiter l’infection qui est le dénominateur de ces types cancers.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél : 622919225/666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin