Haba Yves Joseph, vice-président de l’ARGUIFA

L’association des ressortissants de la Guinée Forestière en Amérique (ARGUIFA) est représentée un peu partout aux États-Unis. Avec ses cinq (5) cellules et près de 1365 membres et sympathisants dont 600 actifs, cette association œuvre pour le développement des ressortissants de la Guinée forestière en Amérique et surtout pour le développement de la région forestière de la Guinée.

A l’occasion d’un entretien avec le correspondant de Guineematincom aux Etats-Unis sur la lutte contre la pandémie actuelle, le nouveau coronavirus, monsieur Haba a rassuré de la qualité de leur organisation.

« Nous sommes là très bien organisée, sous la supervision du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF). Nous suivons également avec attention ce qui se passe dans notre pays, la République de Guinée. Ici aux États-Unis, nous sommes aux aguets, nous suivons l’évolution des choses par rapport au COVID-19, on se prépare conséquemment. Nous sommes aussi en très bonne relation avec les autres associations des autres communautés telles que l’Union Mandingue, l’association de la Basse Côte, Pottal Fii Bhantal Fouta, Union Fouta et la GUICA. Comme vous le savez, nous sommes ici dans un pays capitaliste, il faut d’abord se prendre en charge avant de chercher à avoir des soutiens de qui que ce soit. Nous avons appelé à la contribution des membres de la communauté, ce qui est bien entendu par tous. Rien de grave à signaler pour le moment, sauf qu’on a enregistré un cas qui, par la volonté de Dieu, a vaincu la maladie. Il s’en est sorti ».

A la question de savoir s’il y a eu de l’aide venant du gouvernement guinéen ou d’ailleurs, le vice-président de l’ARGUIFA a été très clair ! Rien n’a été fait du côté du gouvernement guinéen. « Nous avons eu un entretien téléphonique avec monsieur l’ambassadeur de la Guinée à Washington, monsieur Kerfalla Yansané. Il nous a laissé entendre que pour le cas du COVID-19 qui sévit à travers le monde, rien n’a été prévu pour venir en aide à la communauté des ressortissants guinéens ici aux Etats-Unis. Et, jusqu’à présent, rien n’a été fait à ce niveau. Et, nous n’avons que nos yeux pour pleurer ! Nous avons eu un appel au soutien de la communauté guinéenne de New York où il y a eu plusieurs morts à travers la GUICA et nous avons apporté notre contribution.

Concernant la situation en Guinée, Joseph Yves Haba accuse la mauvaise communication du gouvernement sur le danger lié au coronavirus. « Il faut dire que le moyen de communication fait défaut ! Et, si le moyen de communication fait défaut, celui qui reçoit le message ne peut pas le croire. Par exemple, celui qui est à Youkounkoun, à Koundara, à Yomou ou à Zapa, reçoit celui qui de n’importe quelle autre ville de la Guinée, quelle oreille il va lui porter ? Par esprit d’infériorité à celui qui vient de la ville, il rejettera tout ce qui vient de celui-là. Il faudrait utiliser les leaders d’opinions, les religieux, les chefs des quartiers, les présidents des districts, etc. pour mieux faire passer le message. Il ne sert à rien d’envoyer des gens de Conakry seulement parce qu’ils ont des relations ou bien il y a de l’argent en jeu, des véhicules 4×4 à rouler, alors qu’ils ne seront pas écoutés. La communication cause un grand problème en Guinée. C’est pourquoi, il y a un très grand risque de propagation de la pandémie. Néanmoins, nos parents doivent savoir que cette maladie est bel et bien réelle et suivre les consignes de protection telles que le lavage des mains, la distanciation sociales, le port de masques, etc.

Entretien réalisé aux Etats-Unis par Mamadou Diouma Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin