De nombreux citoyens se plaignent des difficultés rencontrées à l’hôpital régional de Faranah. Les médecins sont accusés de soutirer de l’argent aux patients et à leurs parents, sans pour autant leur rendre convenablement service. Le dernier cas remonte au dimanche dernier, suite à un accident de la circulation qui a entrainé de graves blessures chez un étudiant de l’Institut des Sciences Agronomiques et Vétérinaires de Faranah. Ismaël Bangoura, la victime de cet accident, qui est aussi agent de Guinée Games, y a souffert avant de se faire évacuer, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Mohamed Fatoumata Camara, gestionnaire de Guinée Games à Faranah

Mohamed Fatoumata Camara, gestionnaire de Guinée Games à Faranah, est celui qui s’est occupé de l’accidenté. Interrogé par notre reporter dans la journée d’hier, mercredi 13 mai, il a raconté les tracasseries qu’il a subies à l’hôpital régional de Faranah. « La nuit du samedi à 20h, après la rupture du jeûne, j’ai reçu un appel de la part de mon responsable commercial m’informant qu’il y a un de nos agents qui était victime d’un accident de circulation sur la route Tindo-Faranah. Je me suis précipité pour me rendre à l’urgence de l’hôpital régional de Faranah. Je trouve exactement que c’est mon agent qui gérait la machine 40, en la personne d’Ismaël Bangoura. Je me suis présenté au personnel de garde qui était sur place et ils m’ont fait part de sa situation et du coup j’ai donné mon aval pour des soins d’urgence dans l’immédiat et ils m’ont prescrit les premières ordonnances qu’on a payées. Le lendemain, on est venu. Ils ont demandé une prise en charge et on s’est engagé à faire la prise en charge du jeune homme. C’est ainsi qu’on l’a amené au niveau de l’urgence. Là, on nous a rassuré qu’ils pouvaient faire face à sa situation. Ils nous ont fait dépenser de l’argent à hauteur de deux millions et quelques de francs guinéens. Mais, quand je suis revenu plus tard pour m’enquérir de son état, ils m’ont dit que l’hôpital régional ne pouvait pas le prendre en charge et qu’il fallait l’évacuer », a-t-il expliqué.

Devant cette nouvelle donne pour le moins surprenante, Mohamed Fatoumata Camara n’avait pas d’autres choix que chercher une ambulance pour évacuer le jeune étudiant. « Donc, on était devant l’impossibilité et il fallait s’engager directement. Ils nous ont demandé un montant de trois millions GNF pour son évacuation. Nous sommes partis rencontrer l’autorité de l’ISAV-VGE de Faranah, comme c’est un étudiant. Ils nous ont fait comprendre qu’ils ont en congé exceptionnel et que les prises en charge sanitaire ne relèvent plus maintenant de la responsabilité de l’ISAV ; mais socialement, ils pouvaient assister la famille. Les responsables de l’ISAV se sont remués pour trouver un million trois cents milles francs pour nous soutenir, et nous en tant que son responsable de l’agence Guinée Games, on a aussi trouvé deux millions deux cents milles francs. La famille du patient aussi a trouvé un million. Globalement, ça nous a fait quatre millions cinq cents milles francs. C’est ainsi nous sommes revenus vers les autorités de l’hôpital pour son évacuation ».

Ismaël Bangoura

A ce niveau aussi, notre interlocuteur va se retrouver devant un autre problème. « Arrivé à l’hôpital, la dame du nom de Diané nous informe encore que le véhicule qui devrait évacuer le jeune est en panne. On était maintenant devant une situation compliquée parce que d’abord, le matin on nous a dit qu’il faut évacuer dans l’urgence le jeune, ils nous ont dicté les modalités, on s’est battu, on a trouvé ces moyens, et quand nous sommes revenus vers eux pour cette prise en charge d’évacuation, on nous informe que l’ambulance n’était plus disponible. C’est ainsi, comme on ne peut pas rester bras croisés. Il fallait évacuer le jeune. Nous sommes partis vers la DRS (Direction Régionale de la Santé) pour voir si on peut trouver leur ambulance. Leur ambulance aussi était en panne, mais le véhicule du service du SAF de la DRS était là. Nous l’avons rencontré, il a eu la bonne foi de mettre sa voiture de service à notre disposition. C’est ainsi que nous sommes venus directement voir le Directeur régional de l’hôpital de Faranah, il a ordonné à ses agents de nous faire des papiers. Depuis le matin, c’est à 17 heures le patient à pu bouger », a raconté monsieur Camara, très révolté.

Ce cas n’est pas isolé. Beaucoup d’autres citoyens accusent l’hôpital régional de Faranah de surfacturation, d’abandon de patients et d’autres comportements peu ou pas du tout courtois.

Interpellées sur ces accusations, les autorités dudit hôpital n’ont pas voulu s’exprimer.

Nous y reviendrons !

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224 620241513 /660272707

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin