Allègement et levée du couvre-feu : la mesure diversement appréciée à Conakry

Mamadou Alpha Diallo, diplômé en Anglais et Business Management

Dans le cadre de la riposte contre le Covid-19, le président de la République a allégé le couvre-feu pour le Grand Conakry. Pour l’intérieur du pays, il est carrément levé. Des citoyens de Conakry, interrogés à ce sujet par un reporter de Guineematin.com ce samedi 16 mai 2020, apprécient diversement cette mesure.

Dans une adresse à la nation, le président Alpha Condé a pris un certain nombre de mesures, notamment l’allègement ou la suppression du couvre-feu. Les citoyens de Conakry ont des avis divergents sur la question.

Mamadou Alpha Diallo, diplômé en Anglais et Business Management : « c’est une décision salutaire que j’apprécie d’une part et de l’autre part, je vois un peu de risques. Vouloir lever complètement le couvre-feu à l’intérieur du pays comporte assez de risques. Parce que les gens vont se livrer à certaines pratiques qui risquent de propager la maladie, parce qu’il n’y aura plus de contrôle, tu peux rester au dehors 7 jours sur 7. Cela va forcément provoquer des regroupements. Et s’il n’y a pas couvre-feu qui pourra au moins leur permettre de rentrer à l’heure qu’il faut, chacun va essayer de faire ce qu’il veut. Il fallait au moins élargir cette mesure à l’intérieur du pays à l’image de Conakry jusqu’à ce que la maladie soit maîtrisée. Il y a vraiment des risques à ce niveau. Parce que nous connaissons une fois qu’on vous dit liberté totale, certains vont se hasarder à faire des choses anormales, surtout après la fin de ce mois saint de Ramadan. En ce qui concerne la décision pour Conakry, là j’apprécie parce que c’est l’épicentre de la pandémie en Guinée. J’apprécie parce que de 5 heures à 22 heures, ça permettra aux gens de se planifier et travailler dans l’intervalle de temps-là ».

Mouctar Diallo, diplômé en Marketing

Mouctar Diallo, diplômé en Marketing : « c’est une décision salutaire. Cela va nous permettre de limiter la propagation du Covid-19. Seulement, il faut renforcer davantage la communication. Parce que jusqu’à l’heure où je vous parle, il y a des gens qui ne croient pas à l’existence réelle de cette maladie. Même là où nous sommes actuellement, il y a des gens, quand tu leur parles, ils disent que c’est faux, cette maladie n’existe pas. Tout ça, c’est parce qu’il n’y a pas eu une bonne communication au niveau de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire. Ensuite, comme ils ont allégé le couvre feu de 22 heures à 5 heures, ils n’ont qu’à ouvrir les lieux de culte. Ça c’est très important, il faut qu’ils le fassent parce qu’on tend vers la fête. Et cette fête n’arrive qu’une seule fois par an. Donc, il faut ouvrir les mosquées et les églises ».

Amara Keita, conducteur de moto taxi

Amara Keita, conducteur de moto taxi : « c’est une décision qui nous fatigue, nous les conducteurs de taxi moto. Nous, on vit au jour le jour. Imaginez, avant on travaillait même au delà de minuit. Maintenant, on nous dit de rentrer à partir de 22 heures. Ça nous fatigue. Moi, j’aurai voulu qu’on lève complètement le couvre feu, comme ils l’ont fait pour l’intérieur du pays. Comme ça, nous allons travailler toute la nuit sans problème et rentrer à la maison sans problème ».

Alimou Barry, conducteur de taxi-moto

Alimou Barry, conducteur de taxi-moto : « la Guinée est un pays unique et indivisible. Nous avons le même territoire. Donc, on ne peut pas prendre des lois où des décisions et les partager dans le pays. C’est une seule République. C’est qui est appliqué à Conakry doit être appliqué à l’intérieur du pays. Et vis versa. Même si les contextes de la maladie ne sont pas les mêmes, la loi doit s’appliquer à tout le monde. Si une décision est prise, elle doit s’appliquer à tous le monde. Sinon, ça va créer la division entre les citoyens. Il n’y a aucune raison de prendre des décisions qui divisent. Nous sommes dans un même territoire, nous vivons la même chose, nous avons les mêmes souffrances. Donc, je ne vois pas la nécessité de prendre une décision partiale. Je demande aux autorités de prendre des mesures qui s’appliquent à tout le monde pour éviter la division entre les citoyens ».

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/654 416 922

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS