L’honorable Aly Kaba, président de la majorité parlementaire

« Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ont usé de la violence pour semer la désolation partout à travers le pays. Ils ont occasionné des dégâts matériels innombrables, des destructions de biens publics et privés, endeuillé parfois même des familles, et j’en passe. Malgré tout, le vote a eu lieu, même dans les endroits supposés être les fiefs de l’UFDG, puisque l’UFR n’en a pas. Le peuple s’est exprimé et les résultats sont clairs. Une nouvelle Constitution est adoptée et l’Assemblée nationale a été renouvelée à la grande satisfaction du peuple de Guinée. Maintenant, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer puisque si ce n’est pas par la presse, ils sont finis politiquement ».

Le ton est monté d’un cran ce week and entre l’opposition et la mouvance présidentielle. En cause, une sortie médiatique du principal opposant au régime d’Alpha Condé, réitérant son rejet de la Constitution et de l’Assemblée nationale, issues du double scrutin du 22 mars dernier, d’une part ; et, de l’autre, l’appel de Cellou Dalein Diallo à la mobilisation pour chasser du pouvoir la président Alpha Condé. Et ce, pour dénoncer les nombreuses arrestations enregistrées dans les rangs du FNDC, dont il est partie prenante. Pour la mouvance présidentielle, cette sortie d’Elhadj Cellou Dalein Diallo ne relève que du boucan politique.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, dimanche 17 mai 2020, l’Honorable Aly Kaba, président du groupe parlementaire RPG Arc-En-Ciel, a dénoncé et condamné fermement les propos tenus par Elhadj Cellou Dalein Diallo, leader de l’UFDG. Des propos selon lesquels, l’opposant guinéen réitère qu’il ne reconnait ni la Constitution ni l’Assemblée nationale, toutes les deux issues du double scrutin boycotté par les partis membres du FNDC, le 22 mars dernier…

Selon ce haut responsable du parti au pouvoir, le principal opposant du président Alpha Condé doit savoir qu’il n’a pas le monopole de la vérité.

« Je pense que Monsieur Cellou Dalein Diallo doit maintenant arrêter son boucan politique et revoir son attitude communautariste exacerbée de violence. Comment peut-il qualifier le président de l’Assemblée nationale de radical ou ignorer la Constitution et l’Assemblée nationale ? Quand même, après avoir promis d’empêcher au soleil de se lever si les élections du 22 mars se tenaient. Ils étaient là en train de crier partout que le président de la République ne veut pas organiser les élections législatives. Lorsque la date a été fixée, ils se sont mis à rêver d’un glissement du calendrier. Entre temps, le Chef de l’Etat a instruit le Premier ministre d’ouvrir des consultations sur des questions nationales relatives à l’adoption d’une nouvelle Constitution. Ils ont refusé d’y prendre part et ils se sont mis à tirer à boulets rouges sur les autorités. Ils ont promis de bloquer le pays, de tout faire arrêter si jamais les élections se tenaient en Guinée. Et, effectivement, ils ont usé de la violence pour semer la désolation partout à travers le pays. Ils ont occasionné des dégâts matériels innombrables, des destructions de biens publics et privés, endeuillé parfois même des familles, et j’en passe. Malgré tout, le vote a eu lieu, même dans les endroits supposés être les fiefs de l’UFDG, puisque l’UFR n’en a pas. Le peuple s’est exprimé et les résultats sont clairs. Une nouvelle Constitution est adoptée et l’Assemblée nationale a été renouvelée à la grande satisfaction du peuple de Guinée. Maintenant, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer puisque si ce n’est pas par la presse, ils sont finis politiquement ».

Très remonté contre les propos collés au président de l’Assemblée nationale, traité de radical par le principal opposant au régime, Aly Kaba soutient qu’il n’y a pas plus extrémiste que Cellou Dalein.

« Un leader politique qui aspire diriger un pays doit avoir un discours rassembleur. Le discours ne doit pas être orienté contre une communauté. Heureusement, la communauté qu’il essayait d’instrumentaliser a fini par comprendre. Le double scrutin du 22 mars a montré que le peuple a compris. Le vote a eu lieu partout et dans les règles, même dans les endroits qui étaient supposés être des fiefs de l’UFDG. Puisque Cellou Dalein s’est toujours montré extrémiste et violent depuis qu’il a compris que son échec politique est acté par le peuple », a soutenu l’Honorable Kaba.

Par rapport à l’appel à la mobilisation lancé par Elhadj Cellou Dalein Diallo pour chasser le président Alpha Condé du pouvoir afin de mettre fin, selon l’opposant, au calvaire des Guinéens, Aly Kaba, parle de cauchemar.

« Je veux que cela soit compris une fois pour toute, Mr Cellou Dalein, je vous prie de bien vouloir différencier désormais Amadou Damaro, président du groupe de la Majorité de la 8eme législature (bête noire de l’opposition) de Amadou Damaro, président de l’Assemblée Nationale de la 9ème législature (interlocuteur privilégié de l’opposition). Cela est plus qu’important. Et, il faut retenir aussi également et surtout, que le président de la République, le Professeur Alpha Condé, contrairement à votre avis, jouit de l’estime et de la considération de ses pairs à travers le monde entier. Et, cela me plait de vous rappeler que la seule manière dans un système démocratique d’accéder au pouvoir, c’est la voie des urnes. Si vous refusez d’y prendre part, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer. Tout le reste relève du rêve, voire de l’utopie, si ce n’est pas du cauchemar », a lancé le président du groupe parlementaire.

A la question de savoir les dispositions envisagées par le parti au pouvoir pour aborder la présidentielle dans ce contexte de crise sanitaire, le Chef de la majorité s’attaque encore aux opposants…

« Je sais que ces débats sont ouverts faute de sujets pour les intéressés. Il y en a qui se voient dans un gouvernement de transition, d’autres parlent de glissement de mandat, évoquant la présence de la pandémie liée au coronavirus comme argument, ils sont dans toutes les spéculations. En attendant, ils doivent savoir que la Guinée n’est pas le seul pays qui doit tenir des élections présidentielles cette année. Et, jusqu’ici, aucun pays n’a parlé de report ni quoi que ce soit. Pourquoi, ils veulent que la Guinée soit une planète à part. Non ! Le moment venu, la question sera débattue et des réponses conséquentes apportées. Pour l’heure, le pays est confronté au Covid-19 comme partout ailleurs, il y a des malades, il y a eu malheureusement des morts, nous cherchons à l’arrêter dans les meilleurs délais. Et, à ceux qui rêvent de dormir à Sékhoutouréya, alors qu’il est jour, qu’ils se réveillent. Car, c’est un faux débat, un débat de caniveaux. Ils commencent déjà à parler de transition, mais avec qui ? Le professeur Alpha Condé a un mandat du peuple qui court encore. Il n’est pas donc lieu de parler de glissement de quoi que ce soit sauf dans leurs têtes peut être… Comme ils ont perdu la confiance de leurs militants et l’espoir de devenir quoi que ce soit dans ce pays, qu’ils arrêtent ces balivernes. Le peuple les a montrés sa maturité ; sinon, avec toutes les menaces suivies de violences orchestrées par l’UFDG et l’UFR, sous la couverture du FNDC, la Constitution ne serait pas adoptée et l’Assemblée nationale non renouvelée. Malheureusement pour eux, ce fut l’échec cinglant et ils ne doivent s’en prendre qu’à eux seuls », a indiqué l’élu de Kouroussa.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél. : 628089845

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin