Journaliste et enseignant, Bérété Lanceï Condé, le correspondant de Guineematin.com à Siguiri, se lance dans un autre domaine qui le passionne. Il vient de publier chez les Editions ELOHIM, son premier roman intitulé « Le sang, le prix du pouvoir ».

L’ouvrage décrit la situation politique d’un Etat appelé « Dinisso » qui signifie « Le pays des enfants ». Un pays très riche en ressources naturelles, mais qui est déchiré par l’ethnocentrisme et les crises politiques à répétition qui empêchent son décollage économique.

Diarraké, un officier supérieur de l’armée, issu de l’ethnie minoritaire « Sii », est porté au pouvoir au lendemain de la mort du premier président « Sama », le père de la nation. Le personnage principal du roman, « Soli », de l’ethnie majoritaire Sounouka, frère d’armes du président et obsédé par le pouvoir, passe par tous les moyens pour dénigrer le régime Diarraké.

Il utilise l’ethno-stratégie comme forme de lutte politique et finit par accéder au pouvoir à la faveur d’une élection contestée, obligeant Diarraké à se réfugier dans un pays voisin. Quelques années plus tard, son régime est confronté à une crise sans précédent, à cause des promesses non tenues et des faux complots visant à exterminer les membres de l’ethnie « Sii ». Le peuple vit dans une pauvreté extrême, mais l’ethnie du président lui reste malgré tout toujours fidèle.

Ce roman est disponible à la maison des Editions ELOHIM, sise à Tombolia, dans la commune de Matoto. Il coûte seulement 50 000 francs guinéens.

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin