Certains axes routiers de Conakry présentent une mauvaise image à cause de plusieurs facteurs, dont le manque d’entretien. Avec le début de la saison des pluies, ces axes routiers risquent de se dégrader davantage d’autant plus que les priorités sont désormais ailleurs avec la propagation inexorable du coronavirus. Une grande partie de la route Le Prince, au niveau du marché de Sonfonia Gare, dans la commune de Ratoma, est aujourd’hui nettement dégradée. Les usagers et les riverains éprouvent d’énormes difficultés à se mouvoir sur les lieux, a constaté sur place Guineematin.com ce mercredi, 20 mai 2020, à travers un de ses reporters.

Le tronçon en question, qui s’étend sur environ 500 mètres, est constitué de nids de poules et autres trous qui rendent la circulation compliquée à cet endroit du marché de Sonfonia Gare. Ces trous profonds sur la chaussée provoquent des embouteillages sur cette partie de la route Le Prince dans une lenteur exaspérante.

Les riverains de la route, notamment les propriétaires de boutiques déplorent cette situation qui joue négativement sur eux. C’est le cas d’Alsény Diallo, gérant d’une boutique au bord de la route. « On souffre énormément avec la dégradation de cette partie de la route. Les véhicules et les passants viennent nous coincer jusque devant nos boutiques ici parce que la chaussée principale est impraticable. Chaque fois qu’il pleut ici, c’est un autre problème. Toute cette eau qui stagne se déverse sur nos marchandises quand les véhicules passent. On est obligé ranger beaucoup de choses pour laisser le passage aux piétons. Ce que nous craignons maintenant, c’est l’arrivée des grandes pluies. S’il pleut beaucoup, cette route risque d’être coupée. Il faut que le ministère des Travaux Publics agisse maintenant pour éviter le pire », a-t-il laissé entendre.

De l’autre côté de la route, les femmes vendeuses se plaignent de l’odeur nauséabonde dégagée par les eaux usées de la route et des ordures avec lesquelles elles cohabitent. « La dégradation de cette route nous cause assez de dommages. Ça crée d’énormes embouteillages toute la journée et nous sommes exposées au risque d’accident. Mieux, l’eau que vous voyez sur la route là dégage une très mauvaise odeur qu’on respire toute la journée ici, en plus de l’odeur des ordures. Aussi, certains véhicules tombent en panne dans ces trous là parce que la route n’est pas bonne et cela empêche la circulation », a fait savoir l’une des vendeuses.

Pourtant, les usagers de cette route devront encore prendre leur mal en patience. Un responsable du ministère des Travaux Publics a confié à notre reporter que « cette partie de la route Le Prince ne subie qu’une petite dégradation non comparable aux autres routes ».

Saa Yolande Camara, directeur national de l’entretien routier

Selon le directeur du Fonds d’Entretien Routier (FER), Saa Yolandé Camara, tout avait été mis en œuvre pour le reprofilage de cette route avant la propagation de la maladie de Corona virus. « Tout était planifié dans le chronogramme pour une intervention sur ces artères là. Mais, avec le décret interdisant les regroupements d’un certain nombre de personnes, les entreprises ont replié sur les bases. Comme vous savez, les travaux publics exigent la présence d’un nombre considérable de personnes. Donc, les travaux ne pouvaient pas être réalisés avec cette pandémie qui s’accroît. Mais, nous espérons que très bientôt les entreprises vont être redéployées sur le terrain. Dès qu’il y aura un autre décret de levée du confinement, elles reprendront les travaux pour le bonheur de la population. Certains points qui étaient prévus dans le même chronogramme ont déjà fait l’objet d’intervention. C’est le cas de la T6 notamment », a indiqué monsieur Camara.

Alsény KABA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin