Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé,

Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé

Comme annoncé précédemment, les fidèles musulmans de Guinée ne pourront pas effectuer la prière de l’Aïd El Fitr marquant la fin du ramadan cette année. Cela, en raison de la fermeture des lieux de culte et l’interdiction des grands rassemblements en vigueur dans le pays, en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. A la veille donc de cette importante fête musulmane, le grand imam et inspecteur régional des affaires religieuses de Labé s’est prononcé sur le sujet. Elhadj Mamadou Badrou Bah a tout d’abord invité les fidèles musulmans à prier chez eux.

« C’est vrai que dans mon parcours, je n’ai pas vu où c’est écrit si les mosquées sont fermées, il faut faire la prière de l’Aïd El Fitr à la maison. Mais comme l’islam n’occulte rien, il y a certains Oulémas qui disent qu’un fidèle musulman qui vient en retard à la prière de l’Aïd, s’il trouve que les gens ont fini de prier, il peut rentrer et effectuer la prière à son domicile. C’est partant de cela que nous disons qu’il est possible de faire cette prière à la maison », a-t-il expliqué.

Le leader religieux est ensuite revenu en détail sur comment faire la prière de l’Aïd à la maison. « Le chef de famille ou celui qui est choisi comme imam commencera par invoquer Dieu en disant Allahou Akbar pour ouvrir la prière. Ensuite, il répète la même expression Allahou Akbar 6 fois avant de réciter la Fatiha et la sourate Al-Ala. Après l’inclinaison et la prosternation, il se relève et répète l’expression 6 fois, puis il lit la Fatiha et la sourate Al-Ghashiya. Il fait ensuite l’inclinaison et la prosternation pour terminer la prière.

Mais, je précise que le choix des sourates Al-Ala et Al-Ghashiya respectivement dans la première et la seconde rakat n’est pas obligatoire. C’est recommandé mais ce n’est pas obligatoire. Donc, après la Fatiha, celui qui conduit la prière peut choisir une autre sourate. Aussi, contrairement à la prière que nous faisons en groupe, cette fois-ci, il n’y a pas de sermon. Quand on finit de faire les deux rakats, c’est terminé », a précisé Elhadj Mamadou Badrou Bah, premier imam de la grande mosquée de Labé.

Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinéematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin