Quelques jours après sa nomination par le Chef de l’Etat comme commissaire à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), le juriste Mamady trois Kaba a prêté serment ce vendredi, 22 mai 2020, devant les magistrats de la Cour Constitutionnelle. Après ce serment, l’éphémère directeur de Cabinet du président de l’Assemblée nationale entre officiellement aujourd’hui à la CENI en remplacement de Me Salif Kébé, ancien président de l’institution décédé de la Covid-19. Le nouveau promu, contesté par l’opposition et une bonne partie de la société civile, s’est engagé à servir son pays avec loyauté et dévouement, rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché à la Cour constitutionnelle.

C’est aux environs de 10 heures que la cérémonie de prestation de serment a commencé, en présence des membres de la CENI et des collègues du promu. Dans sa toge (rouge blanc), le président de la Cour Constitutionnelle a rappelé le sens du serment, avant d’appeler Mamady 3 Kaba à s’y soumettre. « Monsieur, vous venez de prêter le serment prescrit par les dispositions de l’article 11 de la loi organique modifiant certaines dispositions de la loi organique portant création, organisation et le fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Ce serment est structuré autour des concepts d’indépendance, de neutralité, de transparence, et d’impartialité auxquels vous avez promis de ne pas nuire durant la durée de votre mandat de commissaire à la CENI (…) Je suis persuadé que vous vous êtes approprié depuis l’instant que vous avez acquis le statut de siéger à la Commission Electorale Nationale Indépendante. Vous avez commencé à mesurer l’ampleur et la profonde signification qui les imprègnent, ainsi que les obligations qu’ils comportent tel que je viens de citer. Autre obligation à prendre en compte par le commissaire de la CENI est celle de l’obligation de réserve. Il vous est interdit de prendre part à des débats politiques, aux activités d’un parti politique », a-t-il rappelé.

Pour sa part, Mamady 3 Kaba a rendu un vibrant hommage au défunt commissaire qu’il remplace aujourd’hui, avant de promettre d’honorer la confiance placée. « Me Salif Kébé, que Dieu lui pardonne, a été un homme humble, un homme républicain qui s’est mis au service de la République. Et, je voudrais encore une fois lui rendre hommage et lui dire que les services qu’il a tant rendus à sa nation ne seront pas vains et que partout où il se trouve à l’instant précis, que Dieu lui réserve son paradis. Au même moment, je voudrais rassurer toute la société civile guinéenne que la confiance qui m’a été placée, je pu donc leur garantir que cette confiance sera méritée. Toute mon énergie, tous les efforts et tous les engagements seront fournis pour que cette confiance, cette haute responsabilité qui vient encore une fois d’être renouvelée en prêtant serment, ces responsabilités seront assumées », a-t-il promis.

Interrogé sur la cacophonie qui a ponctué sa nomination et l’attaque du décret le nomment à cette institution devant la cour suprême par le Barreau de Guinée, le nouveau commissaire à la CENI dit que cela ne le concerne pas : « Je ne saurai faire un commentaire sur cette affaire parce que j’estime qu’elle ne me concerne pas », a-t-il brièvement répondu.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin