Alpha Oumar Sacko, premier maire adjoint de la commune de Ratoma

La nouvelle a suscité une vive indignation notamment sur les réseaux sociaux. Des citoyens sont partis ramasser des cartons de poulets pourris jetés à la décharge de Dar es-salam, la plus grande décharge publique de Conakry, pour les revendre sur les marchés de la capitale guinéenne. Le premier vice maire de la commune de Ratoma s’est prononcé sur cette situation au cours d’une interview qu’il a accordée à Guineematin.com, ce vendredi 22 mai 2020. Alpha Oumar Sacko dénonce une situation extrêmement grave qui mérite une sanction exemplaire.

« Nous avons effectivement appris comme tout le monde d’ailleurs que des poulets sont jetés à la décharge de Dar es-salam, parce qu’ils sont impropres à la consommation, et que cette quantité a été recyclée pour être vendue à la population. Ça, c’est quelque chose d’extrêmement grave, de condamnable, qui mérite une sanction exemplaire. Parce que c’est très grave pour la santé de la population. Nous avons déjà une pandémie (le coronavirus) qui sévit dans notre pays, alors qu’on n’en rajoute pas », a-t-il dit.

Alpha Oumar Sacko, premier maire adjoint de la commune de Ratoma

Cet élu local annonce que la mairie de Ratoma, commune dans laquelle se trouve cette décharge publique, s’est saisie de ce dossier. « La mairie a envoyé à la décharge une équipe pour déterminer l’ampleur de la chose et éventuellement identifier les coupables afin de faire appliquer la sanction qu’il faut. Parce que c’est inadmissible ce qu’ils font, c’est de l’empoisonnement, ils veulent empoisonner la population guinéenne.

Mais à mon avis, ces poulets pourris ne devaient pas être jetés comme ça. Il fallait les enfouir pour éviter des cas comme ça. Si c’est impropre à la consommation, c’est impropre aux êtres humains, aux chiens et autres. Donc ça devrait être enfoui. C’est dans notre commune, mais on ne sait pas d’où ça vient. Donc on est en train de voir tout ça pour pouvoir envisager la solution idoine pour éviter désormais des telles situations », a indiqué Alpha Oumar Sacko.

Parmi les décisions qui seront prises, la mairie pourrait notamment interdire aux citoyens d’aller marcher dans la décharge publique comme cela se fait actuellement. « Normalement, il ne doit pas y avoir des personnes dans la décharge outre ceux qui viennent jeter les déchets. C’est inacceptable de voir des personnes errer dans la décharge », estime le premier vice maire de Ratoma.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin