Plusieurs femmes du quartier Hafia, dans la commune urbaine de Koundara, sont descendues dans la rue ce samedi, 23 mai 2020. Elles ont manifesté leur colère face au manque d’eau à la pompe, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Considérée comme étant le château d’eau de l’Afrique Occidentale, la Guinée est confrontée depuis son indépendance, à une sempiternelle crise d’eau potable. A Conakry, la capitale, tout comme dans les villes de l’intérieur du pays, des citoyens manifestent régulièrement dans la rue pour protester contre le manque d’eau dans les robinets. C’est à cet exercice que s’est livré un groupe de femmes du quartier Hafia, relevant de la commune urbaine de Koundara, dans le nord-ouest du pays. Elles disent en avoir marre de la pénurie qu’elles vivent depuis plusieurs mois.

« Depuis 5 mois, nous n’avons eu aucune goutte d’eau dans nos robinets. Nous achetons de l’eau à 1500 GNF le bidon de 20 litres. Aujourd’hui, nous sommes sorties à 5 heures du matin pour aller puiser de l’eau au niveau des tuyaux de la centrale de la SEG. Le directeur de la SEG est venu nous trouver en train de puiser, il a coupé le tuyau et il est parti couper l’eau au niveau de la centrale. C’est ainsi que la population est sortie pour venir chez lui. Mais, à notre arrivée, nous avons trouvé qu’il a fait appel à la police et à la gendarmerie et nous avons rebroussé chemin pour aller chez le chef de quartier, puis à la mairie », explique Houssaïnatou Diallo, l’une des manifestantes.

Les autorités locales ont promis de veiller à rétablir rapidement les conduites pour permettre aux citoyens d’avoir de l’eau dans leurs robinets. Une promesse qui a permis de baisser les ardeurs des manifestantes et de mettre fin à leur mouvement de protestation. De son côté, l’agence locale de la Société des Eaux de Guinée (SEG) accuse des habitants du quartier Hafia d’avoir vandalisé les installations de la société. C’est en tout cas l’explication donnée par Mamadou Kaïra Diallo, le chef du centre de pompage de la SEG à Koundara, joint au téléphone.

Mamadou Kaïra Diallo, chef du centre de pompage de la SEG à Koundara

« C’est quelqu’un qui m’a dit de lui donner un branchement pour exploiter une usine d’eau minérale, mais je lui ai dit que je ne peux pas le faire parce que la population n’a pas d’eau. N’étant pas satisfait, il a mobilisé ses petites familles en utilisant la décision du gouvernement de ne pas faire payer les factures pendant trois mois, ils ont vandalisé tous les tuyaux sur les routes et chacun vient sur la route pour se procurer de l’eau, comme s’il n’y a pas de gérant. Vu cela, j’ai dit qu’en aucun cas un tuyau ne peut être vandalisé par un client. J’ai fermé leur antenne et j’ai dit que quand l’autorité va prendre les dispositions sur comment les gérer, on va ouvrir. Sinon, l’eau est donnée un jour sur deux. Mais, ce n’est pas parce qu’on a dit que l’eau est gratuite qu’il faut couper les tuyaux partout. C’est pourquoi j’ai sectionné l’antenne », soutient-t-il.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin