Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) annonce la reprise de ses manifestations au lendemain de la célébration de la fête marquant la fin du mois de Ramadan. Si la structure avait décidé d’observer une trêve suite à l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, elle a changé de ton suite aux nombreuses arrestations opérées dans ses rangs par le régime Alpha Condé. Cette annonce est diversement appréciée dans l’opinion publique. Des citoyens de Conakry, interrogés à ce sujet par un reporter de Guineematin.com ce samedi, 23 mai 2020, ont dit ce qu’ils en pensent.

De très nombreuses arrestations ont été enregistrées dans les rangs des partisans du FNDC et mis en prison en dépit de l’appel d’Alpha Condé à l’unité de tous les guinéens face au coronavirus qui a atteint plus de 3000 personnes. Pour protester contre les enlèvements et autres, le FNDC compte reprendre ses manifestations dans les jours à venir.

Des citoyens de Conakry interrogés à ce sujet ont des avis divergents. Si les uns pensent que ce n’est pas opportun de manifester à cette période de coronavirus, d’autres soutiennent que le FNDC n’a pas le choix au regard de la chape de plomb qui est entrain de s’abattre sur lui.

Mohamed Dabo, chauffeur de transport interurbain

Mohamed Dabo, chauffeur de transport interurbain : « pour moi, tous les guinéens doivent se mettre ensemble pour combattre cet ennemi commun, qu’est la COVID-19. Donc après ça, s’il y a d’autres problèmes, on peut régler ça par la négociation ou bien sortir manifester comme ils ont habitude de le faire. Mais, je ne trouve pas opportun d’organiser un quelconque attroupement de personnes en cette période de pandémie. D’ailleurs, nous qui sommes chauffeurs de long voyage, nous souffrons beaucoup. Presque toutes les sociétés travaillent et font des va et bien. Mais nous, nous sommes immobilisés et avec ça nous prenons notre mal en patience. Par rapport à l’arrestation des opposants, le gouvernement doit faire de telle sorte qu’il n’y ait pas de frustration en ce moment. Les opposants aussi doivent jouer la carte de l’apaisement pour éviter une autre crise en ce moment de crise sanitaire ».

Oumar Diakité, étudiant

Oumar Diakité, étudiant : « cette pandémie du COVID-19 ne doit nullement les empêcher de réclamer leur droit qui est confisqué, quelque soit le contexte. Je pense qu’il est grand temps pour le FNDC de se défendre et de prendre son destin en main. Car nous sommes dans un pays où rien ne va. Trop c’est trop. Il faut donc qu’ils se lèvent aujourd’hui pour exiger la libération des membres de ce front. Pour moi, la seule stratégie pour faire fléchir ce gouvernement est de descendre dans la rue au lieu de faire des annonces et dialogues qui n’aboutissent à rien. Donc, il n’y a pas un temps qui soit propice pour combattre l’injustice. Le gouvernement n’a pas pensé à la situation sanitaire en entassant les gens en prison. Donc, ce n’est pas aux autres de reculer. Tant que nos droits seront restreints, on va sortir les rétablir. Seulement, je leur demande de porter les masques ce jour pour se protéger contre cette maladie ».

Abou Keita, citoyen

Abou Keita, citoyen : « en tant que citoyen, je pense que c’est un mépris des gestes barrières en vigueur dans le pays. Normalement, aucune manifestation ne doit être autorisée dans cette situation de crise sanitaire. Parce que nous sommes confrontés à une situation très critique liée au coronavirus. Notre pays vient de franchir la barre de 3 000 personnes infectées. Tout guinéen qui a l’amour de son pays et qui est conscient de cette montée vertigineuse de cas confirmés, ne peut organiser des choses mettant en péril les efforts fournis par l’ensemble des guinéens dans le cadre de la lutte contre cette maladie. Donc, il faut mettre la santé publique au dessus de nos intérêts personnels ».

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin