Hon. Souleymane Keïta, 3ème secrétaire parlementaire et coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel

Les réactions se multiplient suite à l’annonce de la reprise des manifestations du FNDC dès après le mois de ramadan, qui s’achève ce samedi, 23 mai 2020. Malgré la crise sanitaire liée au coronavirus qui sévit dans le pays, le Front National pour le Défense de la Constitution a invité ses partisans à se tenir prêts à redescendre très prochainement dans les rues pour exiger notamment la libération des opposants détenus dans les différentes prisons du pays.

Mais, le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, déconseille une telle démarche. Au cours d’un entretien qu’il a accordé ce samedi à la rédaction de Guineematin.com, l’honorable Souleymane Keïta, 3ème secrétaire parlementaire et coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel, a invité le FNDC à prendre de la hauteur et à privilégier la lutte contre le coronavirus avant toute autre chose.

« Les gens doivent pouvoir prendre de la hauteur sur cette situation. Je pense que nous sommes à une période où le pays n’a pas besoin de ça. Il faut privilégier l’intérêt supérieur de la nation. Aujourd’hui, nous sommes suffisamment bousculés à cause de la crise sanitaire avec les conséquences que tout le monde connait. Donc, il est important que les uns et les autres privilégient la paix et se consacrent à la lutte contre le coronavirus. Je pense que le FNDC devrait prendre de la hauteur sur certains éléments pour éviter de créer des troubles sociaux avec des conséquences souvent désastreuses que tout le monde connait.

Donc, moi je pense qu’ils doivent essayer de revoir leur copie, car on a autre chose à faire que de manifester pour mettre en danger l’attitude de l’armée guinéenne. De toutes les façons, ce ne sont pas les manifestations qui posent problème, le problème est qu’il n’y a pas de raison objective qu’on manifeste aujourd’hui. Après la Covid-19, nous devons pouvoir entamer sereinement le processus électoral pour la présidentielle de manière légale. Donc il faut éviter ces troubles. Il y a eu des troubles depuis 2011, maintenant ça suffit », a-t-il lancé.

Pas sûr que cet appel soit entendu par le FNDC, qui malgré la trêve qu’il a observé à cause de la présence du coronavirus dans le pays, voit nombre de ses membres en train d’être arrêtés et conduits en prison. Les opposants accusent le pouvoir de profiter de cette crise sanitaire pour faire des règlements de comptes politiques, afin d’étouffer la contestation contre la nouvelle constitution et l’Assemblée nationale issues du double scrutin du 22 mars 2020.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin