Elhadj Karamo Bangaly Kaba, grand imam de Kankan

La fête de l’Aïd-El-Fitr a été célébrée dans une ambiance inédite hier, dimanche 24 mai 2020, à cause de la propagation du coronavirus. Avec l’instauration de l’état d’urgence sanitaire et l’interdiction de tout regroupement, il n’y a pas eu de prières collectives à travers la Guinée. A défaut d’aller dans les mosquées et lieux publics pour la grande prière, les fidèles musulmans de Kankan ont suivi le sermon de l’imam à travers les médias locaux, rapporte le correspondant de Guinematin.com basé dans la préfecture.

Contrairement aux années précédentes, les fidèles musulmans n’ont pas pu effectuer des prières collectives suite aux mesures de restriction liées à la propagation de la pandémie coronavirus. Ceux de Kankan n’ont pas échappé à cette règle. Mais, à travers les médias locaux, ils ont suivi le sermon habituel d’El Hadj Karamo Bangaly Kaba, grand imam de Kankan.

Dans son sermon, tenu depuis son domicile privé du quartier Timbo, celui qui est également inspecteur régional de la ligue islamique préfectoral, a fait savoir que l’adoration de Dieu ne devrait pas s’arrêter après le mois de ramadan. « On doit adorer Allah jusqu’à la mort. Notre adoration ne devrait pas s’arrêter qu’en ce mois de ramadan ; après le ramadan, on doit prier comme il le faut et à temps. On doit s’éloigner de tout ce qu’Allah nous a interdit et qu’on s’est abstenu à faire pendant le ramadan comme la diffamation, la bière, la drogue, le refus de prier, le vol et tant d’autres. A partir d’aujourd’hui, Satan est relâché, il est déchaîné. Donc, on doit montrer à Satan que nous sommes musulmans jusqu’à la fin de nos jours », a-t-il dit.

Selon lui, un fidèle musulman doit continuer à jeûner même après le ramadan pour se rapprocher de plus de son créateur « On peut jeûner trois fois au moins par mois, ou encore jeûner les 13ème 14ème et 15ème jours de chaque mois lunaire, ou encore jeûner chaque lundi et jeudi comme le faisait le prophète (Paix et Salut sur Lui). Tout ça, c’est pour qu’on se rapproche d’Allah. Mais aussi, il y a les six jours de la fête qu’on doit jeûner, ce n’est pas obligatoire, c’est pourquoi on ne doit pas le chanter partout, les gens ne doivent pas savoir que vous êtes entrain de jeûner les six jours. Allah n’aime pas cela », a-t-il conseillé.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin