Néné Fatoumata Diaraye Bah

A l’instar de leurs coreligionnaires des autres villes de la Guinée, les fidèles musulmans de Mamou ont célébré hier, dimanche 24 mai 2020, la fête marquant la fin du ramadan de façon très particulière. En raison de l’état d’urgence sanitaire en vigueur dans le pays, les prières collectives et tous les autres rassemblements habituels n’ont pas pu avoir lieu cette année. Comment les habitants de la ville carrefour ont-ils vécu cette situation inédite ? Le correspondant local de Guineematin.com a interrogé quelques citoyens, dont nous vous proposons ci-dessous les réactions.

Alpha Mamadou Diallo

Alpha Amadou Diallo, citoyen : « La fête s’est bien passée ici au quartier Abattoir. C’est vrai que ce n’était pas facile parce que les mosquées sont fermées et les regroupements interdits. Mais, nous avons fêté en famille et avons prié Dieu d’accepter les bonnes œuvres que nous avons effectuées pendant ce mois béni. Nous demandons à l’État de pacifier le pays et tout faire pour rouvrir les lieux de culte dans un bref délai ».

Alpha Mamadou NDiaré Diallo

Alpha Mamadou N’Diaré Diallo, citoyen : « Cette fête a été particulière parce que nous n’avons pas pu prier en groupe comme d’habitude, à cause de la fermeture des mosquées et l’interdiction des rassemblements. Mais malgré tout, nous pouvons dire que la fête s’est bien déroulée. Je regrette tout de même de voir les mosquées fermées alors que beaucoup de maquis restent ouverts. J’invite les autorités à faire attention à ces maquis qui fonctionnent au moment où cette pandémie sévit et arrête tout dans notre pays ».

Mody Alpha Oumar Diallo, muezzin à la mosquée du quartier Abattoir

Mody Alpha Oumar Diallo, muezzin à la mosquée du quartier Abattoir : « Je remercie Dieu de m’avoir donné la santé pour bien réussir non seulement à jeûner le mois de ramadan mais aussi à faire la fête dans des bonnes conditions, même si nous avons dû faire la prière de l’Aïd à la maison. C’est la première fois de ma vie d’assister à une telle situation. Peut-être que c’est une épreuve que Dieu envoie à l’humanité toute entière. C’est à nous de nous repentir et revenir vers Allah. Je prie Allah qu’il nous donne longue vie et que cette maladie qui nous a empêché de nous réunir pour prier pendant ce mois saint et de partager les moments de joie à l’occasion de la fête soit éradiquée le plus vite possible dans le monde ».

Elhadj Mamadou Kawel Diallo, imam de la mosquée Ghourtouby

Elhadj Mamadou Kawel Diallo, imam de la mosquée Ghourtouby : « Aucun musulman ne souhaitait que cette fête se déroule de cette manière. Depuis le début du mois de ramadan, aucune prière n’a effectuée dans les mosquées, les gens n’ont pas pu se réunir aussi pour faire la fête. Mais tout ce que le musulman rencontre comme difficulté, il doit l’accepter, car c’est ce qu’on appelle le destin. Personne ne peut rien contre le destin. Nous prions Dieu qu’il débarrasse notre pays et monde entier de cette pandémie ».

Propos recueillis par Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657353939

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin