A l’occasion de sa dernière adresse à la nation, le président Alpha Condé a annoncé avoir offert deux millions de masques de protection à la population guinéenne. Un geste qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus dans le pays. Aujourd’hui, la confection de ces masques est en cours, mais elle provoque des grincements de dents. Un styliste qui a contacté Guineematin.com, annonce qu’une véritable magouille est organisée par certains cadres de l’Etat autour de cette opération.

« Le président de la République a voulu donner l’opportunité aux tailleurs pour la construction des bavettes. Mais, tant que grand tailleur et styliste, on s’est dit que la façon dont les choses se passent, n’est pas bien. Quand le président dit qu’il donne la chance aux couturiers pour qu’ils puissent avoir quelque chose pendant cette période très difficile, on devait avoir un contact direct avec les couturiers et les tailleurs. Mais, aujourd’hui, c’est des gens qui n’ont rien à voir dans la couture qui ont pris le marché.

Ils ont donné le contrat à des particuliers qui n’ont rien à voir avec la couture, tout simplement parce qu’ils ont des bras longs à la présidence. Aujourd’hui, il y a le ministère de l’hôtellerie et de l’artisanat, le ministère de l’action sociale ainsi que le ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes qui sont impliqués dans cette opération. Des ministères qui ont pris le contrat pour donner à d’autres personnes qui n’ont rien à voir avec la couture », dénonce notre interlocuteur qui a requis l’anonymat.

Et cette magouille, ajoute-t-il, vise à enrichir d’autres personnes sur le dos des couturiers. Car, souligne ce styliste, au lieu des 2500 francs annoncés par Alpha Condé comme prix d’un masque, ceux qui gèrent le projet font confectionner le masque entre 1000 francs et 1500 francs. Ils mettent le reste de l’argent dans leurs poches.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin