La pandémie due au nouveau coronavirus continue inexorablement sa propagation dans le monde. Depuis son apparition en Chine au mois de décembre dernier, cette maladie a touché 196 pays et territoires à travers le monde. Jusqu’hier, mardi 26 mai 2020, plus de 5 541 590 cas d’infection au nouveau coronavirus (COVID-19) dont au moins 347 723 morts ont été officiellement recensés dans le monde. Cependant, on note aussi au moins 2 191 200 cas guéris.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 98 584 morts. Il est suivi du Royaume-Uni (avec 265 227 cas confirmés dont 37 048 morts), l’Italie (32 955 morts pour 230 555 cas confirmés), la France (182 722 cas confirmés dont 28 530 morts) et l’Espagne (236 259 cas confirmés dont 27 117 morts).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 81 décès pour 100 000 habitants, suivi par l’Espagne (58), le Royaume-Uni (55), l’Italie (55) et la France (44).

La Chine (sans les territoires de Hongkong et Macao) a enregistré sept (7) nouveaux cas de coronavirus entre lundi et mardi. Désormais on y dénombre officiellement 82 992 cas de la COVID-19 dont 4 634 décès et 78 277 guérisons.

La satanée pandémie du nouveau coronavirus accentue ses ravages en Amérique latine, son « nouvel épicentre », selon l’organisation mondiale de la santé (OMS). Le Chili a enregistré un nouveau record de contaminations, avec 4 895 nouvelles infections en vingt-quatre heures. Depuis le 3 mars (date de l’apparition du premier cas), ce pays de 18 millions d’habitants a recensé officiellement 73 997 cas confirmés de la COVID-19, dont 761 décès.

L’OMS a annoncé, lundi, avoir suspendu temporairement les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine qu’elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution. « Cette décision, prise samedi, fait suite à la publication d’une étude la veille dans la revue médicale The Lancet jugeant inefficace, voire néfaste, le recours à la chloroquine ou à ses dérivés, comme l’hydroxychloroquine, contre la Covid-19 », a indiqué le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle.

Cependant, de nombre pays touchés par le coronavirus assouplissent les mesures de confinement.

A Montréal, épicentre de cette maladie au Canada, le centre-ville a repris des couleurs lundi, avec la réouverture des magasins de la célèbre rue Sainte-Catherine. Ceci, après deux mois de confinement.

Fermées depuis un peu plus de deux mois, les boîtes de nuit islandaises se sont à nouveau électrisées. Les établissements doivent désormais fermer leurs portes au plus tard à 23 heures, tout comme les bars et les salles de jeux, qui rouvrent également.

Un tiers des 17 millions d’habitants de l’Equateur ont repris lundi progressivement leurs activités, a annoncé la ministre de l’intérieur, Maria Paula Romo. Du côté du Luxembourg, le gouvernement a annoncé pour cette semaine la réouverture des cafés et des restaurants, et l’autorisation des cérémonies religieuses.

Pour sa part, l’Arabie Saoudite va commencer cette semaine un assouplissement progressif des mesures, a rapporté mardi la presse officielle. Les déplacements entre régions seront autorisés, de même que la réouverture de certaines boutiques. Le pays a également annoncé une réouverture des mosquées pour le 31 mai. Il mettra aussi fin à toute forme de couvre-feu à partir du 21 juin, sauf dans la ville sainte de la Mecque.

En Hongrie, l’état d’urgence controversé adopté pour lutter contre le coronavirus devrait être levé le 20 juin, a indiqué, mardi, le gouvernement du Premier ministre, Viktor Orban, accusé d’avoir profité de la pandémie pour renforcer son pouvoir.

Inversement, l’Allemagne a annoncé prolonger jusqu’au 29 juin ses règles de distanciation pour contenir l’épidémie, a annoncé mardi le gouvernement d’Angela Merkel.

Pour le moment, le continent s’en sort nettement mieux par rapport à l’Europe et aux Etats unis. Mais, l’Afrique est loin de sortir de l’auberge. Selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine, à la date d’hier, mardi 26 mai 2020, on dénombrait 115 616 cas confirmés de coronavirus à travers le continent. Cette maladie y a déjà coûté la vie à 3 479 personnes. Et, les pays les plus touchés par l’épidémie sont l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Algérie et le Nigeria.

Le Mozambique a enregistré lundi soir son premier mort de la Covid-19. Selon les autorités sanitaires, il s’agit d’un jeune garçon âgé de 13 ans vivant dans le nord du pays. Au total, 209 cas ont été recensés depuis le début de la pandémie. Le gouvernement a annoncé qu’il allait lancer une campagne massive de dépistage pour tous les 5 000 membres du personnel soignant travaillant dans la province de Cabo Delgado, celle qui enregistre le plus de cas de coronavirus.

En Ouganda, l’assouplissement des restrictions a commencé hier, mardi, dans 95 des 135 districts du pays. Les voitures privées peuvent désormais reprendre la route. Les commerces et restaurants sont également autorisés à rouvrir ; mais, toute la population devra porter un masque dans l’espace public. Cependant, les boîtes de nuit et les salles de sport restent encore fermées. Le transport public doit reprendre à partir du 4 juin.

Au Zimbabwe, les contaminations à la COVID-19 restent relativement basses encore. Officiellement, le pays ne compte que 56 cas confirmés dont quatre décès. Mais, depuis le 30 mars et le début du confinement, plus de 40 000 personnes y ont été arrêtées par la police pour avoir enfreint les différentes mesures de restrictions. La plupart d’entre elles ont dépassé la limite de mouvement de 5 km autour du domicile. D’autres n’ont pas respecté le port obligatoire du masque ou ont gardé leur commerce ouvert malgré les interdictions.

En Afrique du Sud, plusieurs syndicats d’enseignants menacent de saisir la justice pour empêcher la réouverture des établissements scolaires. Dimanche, le gouvernement a annoncé l’ouverture progressive des écoles primaires et des universités (avec seulement un tiers des étudiants) à partir du 1er juin. Une décision qui suscite de nombreuses inquiétudes, d’autant plus que le pays n’a toujours pas atteint le pic de l’épidémie, selon les médecins et scientifiques du pays.

Au Soudan du Sud, les autorités recensent désormais 660 malades, soit le double de la semaine dernière. Ironie de la chose, tous les membres de l’équipe gouvernementale anti-coronavirus sont atteints, sauf la ministre de la Santé.

En Guinée, l’agence nationale de la sécurité sanitaire a fait état, mardi 26 mai 2020, d’un total de 3358 cas confirmés de la COVID-19 dans le pays. Selon cette agence de lutte contre le coronavirus, 20 personnes sont déjà mortes de la COVID-19 en Guinée. Cependant, connait un nombre élevé de guérissons. Selon les chiffres officiels, 1783 personnes ont été guéries de la maladie (soit plus de la moitié des malades) dans le pays. Conakry reste encore l’épicentre de la maladie ; mais, de plus en plus de cas positifs quittent malicieusement la capitale guinéenne pour se retrouver à l’intérieur du pays. Ce, malgré les interdictions de sortir de Conakry pour la Guinée profonde.

A noter que l’envoyé spécial de l’OMS en Afrique sur le Coronavirus, Samba Sow, se dit inquiet du manque de tests sur le continent. « Mon premier point pour l’Afrique, ma première préoccupation, c’est que le manque de tests conduit à une épidémie silencieuse en Afrique. Nous devons donc continuer à pousser les dirigeants à donner la priorité aux tests », a déclaré le responsable lors d’une conférence de presse.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin