Tel est un virus, les manifestations de rue contre les délestages électriques se propagent dans la ville de Faranah. Après les quartiers Tonkolonko 1, Mosquée, Sirikoloni 1 et 2, c’est au tour de Tonkolonko 2 de se faire entendre. Des habitants du secteur Mômô, relevant de ce quartier, ont manifesté hier, mardi 26 mai 2020, dans la rue. Ils protestent contre le manque du courant électrique dans cette localité, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Pour exprimer leur colère, les manifestants ont érigé des barricades sur la route nationale Faranah-Kissidougou, empêchant la circulation pendant plus de 4 heures. Ils scandaient des slogans comme : « EDG Zéro ! » ; « Alpha Condé, on veut le courant ! ». Ils réclament le départ du groupe qui fournit ce quartier en courant et leur branchement sur le réseau de l’EDG, la société de distribution de l’électricité en Guinée.

« Depuis que le moteur qui là est venu, nous n’avons pas de courant. Le mois de ramadan s’est écoulé sans qu’on ne puisse avoir le courant, et c’est la même chose qui continue. Donc, on ne veut plus que le moteur là reste chez nous ici parce qu’il ne sert à rien. On veut qu’on nous branche sur le réseau de l’EDG pour qu’on puisse avoir de l’électricité chez nous », a déclaré Diarra Kourouma, un habitant du secteur Mômô.

Namory Condé, un des meneurs de ce mouvement de protestation renchérit : « Nous ne sommes pas là pour semer le trouble. Mais, depuis qu’on a dit que nous n’allons pas payer les factures d’électricité pendant trois mois, depuis qu’on a déposé le moteur qui là pour soi-disant nous fournir le courant, on n’a plus de courant. C’est pourquoi, les jeunes se sont levés pour réclamer l’électricité. Le Pr Alpha Condé nous a donné le courant gratuitement, alors nous devons l’avoir. Chaque jour, on dit que l’essence est finie dans le moteur, ça fait plus d’un mois que nous sommes dans l’obscurité. Et puis, même les deux autres mois précédents, le courant ne venait pas régulièrement, on en a marre de cette situation ».

C’est aux environs de 12 heures que les manifestants ont accepté de libérer la route après des négociations menées par les autorités locales. Ce qui a permis aux véhicules qui étaient bloqués de pouvoir finalement passer. A noter que la manifestation n’a pas fait de blessés ni de dégâts matériels.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tél. : 00224620241513/660272707

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin