L’assassinat à coups de couteau du collégien Ibrahima Sory Diallo, le 22 mai 2020, continue de polariser l’attention dans la ville de Kankan. Les cinq jeunes mis en cause dans cette affaire ont nié les faits alors que la brigade de recherche de la gendarmerie de Kankan s’apprête à transférer le dossier au tribunal, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Ibrahima Sory Diallo, âgé de 17 ans, élève en classe de 10ème année, a été poignardé à mort par un groupe de jeunes qui tentait de voler une moto au quartier Hérémakono 2, dans la commune urbaine de Kankan. Au lendemain du drame, cinq (5) jeunes gens, dont l’âge varie entre 20 et 25 ans, sont mis aux arrêts par la brigade de recherche de la gendarmerie de Kankan pour être auditionnés.

Mais, à tour de rôle, ils ont tous balayé d’un revers de la main les faits d’assassinat dont on les soupçonne d’être les auteurs. Mamady Bamba, présenté comme étant celui qui a poignardé Ibrahima Sory Diallo, nie tout. « Ce n’est pas moi qui ai poignardé Ibrahima Sory Diallo et je ne connais pas celui qui l’a poignardé. Voici comment l’action s’est passée : ils sont partis nous trouver à la maison, on était entrain de faire du thé. Ils ont demandé qui est Amadou. Amadou a répondu. Soudain, ils l’ont pris pour le jeter par terre avec la chaise sur laquelle il était assis. Après, ils ont commencé à nous jeter des projectiles. Donc, on a couru et nous sommes rentrés dans la maison pour refermer la porte. Ils sont venus défoncer la porte. On a pu sortir en courant pour rester dans la concession », soutient-il.

Poursuivant son récit, Mamady Bamba indique qu’il était avec son père lorsqu’il a appris que le jeune Ibrahima Sory Diallo a été poignardé. « C’est de là-bas qu’on a entendu que quelqu’un a été poignardé. Et le lieu où la personne a été poignardée est un peu loin de là nous on était. Tout le monde m’accuse, mais ce n’est pas moi le coupable, ce n’est pas moi aussi qui détenais le couteau. Le père de la victime est venu chez nous pour dire à mon père que j’ai poignardé son fils. J’étais arrêté sous la véranda, mon père était étonné. Le père de la victime lui a dit de partir avec lui à l’hôpital. Ils sont partis et moi je suis resté à la maison. Lorsqu’ils sont revenus, ils ont qu’il a été poignardé au dos. Dans leurs explications aussi, ils ont dit qu’il a été poignardé à la poitrine, au ventre. Moi, je ne sais pas comment même il a été poignardé et je ne sais pas pourquoi mon nom ne cesse de revenir dans les propos des gens. »

En outre, Mamady Bamba dit qu’il connaissait déjà la victime. « Celui qui a été poignardé, je le connaissais ; mais, il n’y avait aucun antécédent entre nous. Je joue au jeu du hasard, on joue la journée dans la cours d’école. Tout le quartier sait que moi je ne fais pas de palabre, les gens disent même que je suis trop calme… ».

On apprend que les cinq (5) jeunes, soupçonnés d’être impliqués dans cette affaire, seront prochainement présentés à un juge.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin