Ibrahima Kawadou Diallo, professeur de Mathématiques dans plusieurs écoles privées

Le temps passe et la situation se complique chaque jour davantage pour les enseignants des écoles privées de Guinée. Privés de salaire depuis la fermeture des écoles en fin mars dernier, en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, les membres de cette corporation mènent aujourd’hui une vie misérable. Ils peinent même à trouver de quoi faire vivre leurs familles.

Une situation que déplore Ibrahima Kawadou Diallo, professeur de Mathématiques dans plusieurs écoles privées de Conakry. Au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce vendredi 29 mai 2020, l’enseignant est revenu sur les difficiles conditions de vie que lui et de nombreux autres collègues mènent depuis deux mois.

« Nous, les professeurs des écoles privées, nous souffrons énormément actuellement. Cela fait deux mois qu’on a rien reçu de la part des fondateurs des écoles privées, parce que ces écoles sont fermées à cause de la pandémie du coronavirus qui sévit dans notre pays. Dieu seul sait comment on a pu passer le mois de ramadan dans de telles conditions et comment nous parvenons à joindre les deux bouts aujourd’hui. Ni les fondateurs d’écoles privées ni le gouvernement guinéen, personne n’a pensé à nous ne serait-ce que pendant le mois de ramadan. Aujourd’hui, nous sommes au bord de la catastrophe parce que nous souffrons énormément et nous n’avons aucun soutien », a-t-il indiqué.

Pour ce père de famille, il n’y aucun doute que les enseignants évoluant dans les écoles privées font partie de ceux qui sont le plus impactés par la pandémie du coronavirus en Guinée. C’est pourquoi, soutient-il, le gouvernement doit immédiatement venir en aide à cette corporation pour éviter le pire. « Nous plaidons le gouvernement de venir en aide aux enseignants des écoles privées. Sinon, beaucoup risquent de se retrouver bientôt dans la rue en pleine saison pluvieuse. Les propriétaires des maisons vont nous faire sortir parce qu’on ne paye pas le loyer. Donc, nous sollicitons vraiment l’aide des autorités pour nous éviter une telle situation et nous permettre de trouver de quoi vivre avec nos familles », a lancé Ibrahima Kawadou Diallo.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin