La rumeur courait depuis hier, elle a finalement été confirmée dans la journée de ce vendredi, 29 mai 2020. Un présumé homosexuel a été arrêté dans la nuit du mercredi au jeudi et conduit à la gendarmerie territoriale de Kankan. C’est le frère de l’intéressé qui serait à l’origine de son arrestation, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans le Nabaya.

Le jeune homme habite au quartier
Salamani, dans la commune urbaine de Kankan. Son grand frère l’aurait surpris en pleine action avec son compagnon, un autre jeune qui a aussitôt pris la fuite. Lorsqu’il a révélé l’affaire, les jeunes du quartier se sont mobilisés et ont mis main sur le présumé homosexuel pour le conduire à la gendarmerie territoriale de Kankan, où il est actuellement détenu.

 

« Je salue le courage des jeunes de Salamani, parce que ce sont des jeunes qui ne dorment pas. On est en train  d’approfondir les enquêtes avec les autorités pour tirer cette affaire au clair. Il faut aussi saluer la famille du jeune parce qu’il y a ses frères qui se sont associés à la jeunesse du quartier pour le démasquer. Il est à la disposition de la gendarmerie et ses complices seront arrêtés », assure Ibrahima Kalil Chérif, le président de la jeunesse du quartier Salamani.

 

Le Colonel Ibrahima Keïta, commandant de la gendarmerie territoriale de Kankan, a confirmé que le présumé homosexuel se trouve dans les locaux de la gendarmerie et que les enquêtes se poursuivent. A noter que ce n’est pas la première fois qu’un présumé homosexuel est mis aux arrêts à Kankan. En août 2019, plusieurs jeunes accusés des mêmes faits avaient été interpellés dans cette ville. Mais, rien n’avait filtré sur le dossier qui semble avoir été classé sans suite.

 

Selon une source proche du tribunal de première instance de Kankan, c’est l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International qui s’était impliquée pour permettre la libération de ces jeunes. Cette source précise que « l’homosexualité, n’étant pas défini comme un crime ou une infraction dans le code pénal et le code civil guinéens, un supposé homosexuel ne saurait être jugé dans le pays ».

 

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin