Le bras d’un enfant de neuf ans, originaire de Mamou, a été amputé à l’hôpital régional Alpha Oumar Diallo de Kindia, dans la nuit du samedi à dimanche, 31 mai 2020. Sékouba Mansaré est tombé d’un arbre après avoir voulu imiter les scènes d’un film d’action il y a de cela quelques jours.

Le drame s’est produit dans le district de Yomaya Limban, à 50 kilomètres de commune rurale de Ouré Kaba à Mamou. Le passage chez les guérisseurs traditionnels n’a eu pour effet que d’aggraver l’état de santé de l’enfant avant son admission à Kindia où son bras a été amputé, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants dans la préfecture.

Sékouba Mansaré, père de l’enfant

Selon le père de l’enfant, Sékouba Mansaré, c’est en voulant imiter les scènes du film ONG BACK que l’accident a eu lieu. Tombé d’un arbre, le garçon n’a pu se relever d’autant plus que son bras avait connu une double fracture. « Il ne souffre d’aucun problème mental. C’est un enfant que j’aime beaucoup parce qu’il est très sensible ; ensuite, il est mon fils et homonyme. Je lui ai donné mon prénom quand il est né. Il était en train de jouer avec ses amis. Entre-temps, ils se sont dit de pratiquer ce qu’ils ont vu dans le film ONG BACK. Selon son camarade qui m’a raconté la scène, ils montaient tous sur une branche pour se jeter à terre. Mais, la donne a changé, selon eux, quand mon fils est monté un peu plus haut et il a sauté de l’arbre. Quand il est tombé, il ne pouvait plus se relever. Ses amis lui ont dit, Sékou lève-toi. Il a dit qu’il ne peut pas. C’est ainsi que j’ai été alerté tout comme les autres membres du village. Sur place, on a constaté que son bras gauche est cassé deux fois et l’os est sorti de la chair. »

Au lieu d’amener le garçon à l’hôpital, il a choisi les tradi-praticiens. « Immédiatement, j’ai pris l’enfant pour l’amener chez un guérisseur traditionnel dans notre village. Mais, j’ai oublié de soigner la plaie d’abord. On a fait une semaine là-bas, les feuilles sur le bras, et la plaie qui s’est détériorée. Comme la plaie commençait même à sentir, j’ai donc pris la destination de Kindia. Une fois ici, les médecins ont exigé d’amputer le bras, car selon les médecins il était presque pourri », a dit monsieur Mansaré.

Devant cette proposition des médecins, deux camps vont s’opposer dans la famille de l’enfant. « Comme je suis le père, j’ai appelé la famille de sa mère qui réside ici à Kindia pour prendre la décision ensemble. Les oncles de l’enfant ainsi que sa mère au village, n’étaient pas pour l’amputation. La polémique était déjà installée entre les deux camps. Il a fallu donc l’implication de la presse locale pour faire comprendre à la famille maternelle que la vie de l’enfant est en danger. L’un des oncles a finalement compris et il a signé un papier avec moi pour que l’enfant soit amputé », a expliqué Sékouba Mansaré.

Selon nos informations, les médecins auraient demandé la somme de 3 millions 500 mille GNF pour les frais de l’amputation. Une somme jugée exorbitante par la famille qui a sollicité une réduction de 50%, en vue de faire face aux frais d’ordonnance qui s’élèvent à 800 mille GNF. Jusqu’à ce lundi matin, il n’y avait pas d’entente entre les deux camps.

Les médecins ont précisé que la vie de l’enfant n’est pas en danger.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin