Les cours ont effectivement repris depuis une semaine pour certains élèves de l’école privée Toutouroun, située dans le quartier Daka II, de la commune urbaine de Labé où les élèves sont installés en raison de 13 à 15 personnes par salle, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Une clameur publique parvenue, dimanche soir, à la rédaction centrale de Guineematin.com à Conakry a annoncé la reprise effective des cours à l’école privée Tountouroun, dans le quartier Daka II de la commune urbaine de Labé, en violation du décret portant fermeture de l’école guinéenne dans le cadre de la mise en œuvre de l’Etat d’urgence sanitaire en vue de stopper la propagation de la pandémie de coronavirus (Covid-19).

Déployé sur le terrain pour vérifier l’information, le correspondant régional de Guineematin.com y a retrouvé plusieurs élèves en classe de 6ème Année et leurs encadreurs dont le fondateur de ce complexe scolaire privé, Mamadou Oury Sow.

Mamadou Saïdou Bah (maître) et Mamadou Oury Sow (le fondateur du groupe scolaire Tountouroun)

« Contrairement à ce que les gens disent, nous aussi, nous avons appris comme vous, que nous sommes en train de tenir les cours au sein de l’école. Aujourd’hui, heureusement que vous êtes là. Vous êtes de bons journalistes, vous allez relayer la bonne information. On avait fermé comme tout le monde. Absolument ! Maintenant, il y a une semaine, vu que nous avons commencé déjà à entendre que les examens vont se tenir, coûte que coûte, quelques soit la situation, nous avons décidé, après deux mois de chômage, de partager la 6ème Année composée de 52 élèves en 4 groupes pédagogiques. Ceux de la 10ème Année et les candidats au baccalauréat étant des majeurs et pouvant se débrouiller seuls à la maison. Par rapport à la classe de 6ème Année, nous avons partagé les 52 en 4 groupes, nous avons approximativement 15 par groupe pédagogiques. Mais, ces 4 groupes pédagogiques ne viennent pas tous les jours au même moment », explique-t-il.

A en croire ce fondateur d’école privée, un emploi de temps est établi pour ses élèves de la 6ème Année de sorte que chaque groupe pédagogique vienne un jour sur 4, parce qu’ils n’ont qu’un seul maître d’école chargé de cette classe d’examen d’entrée en 7ème Année.

Même si cette interprétation de la loi portant prorogation de l’état d’urgence sanitaire en Guinée semble être intelligente en ce qui concernant la disposition relative aux regroupements ne devant pas dépasser 30 personnes, aucun kit de lavage de mains n’était installé à l’entrée principal de l’établissement.

« Nous n’avons pas voulu l’installer ici pour ne pas attirer l’attention du public parce que nous avons beaucoup de concurrents sur le terrain », se justifie-t-il.

Pourtant, nous avons pu accéder à son bureau sans nous laver les mains au préalable. Et il ne sait pas d’où nous sommes venus, quels sont les contacts que nous avons pu avoir avant de le rencontrer. Pire ! Ce fondateur d’école privée qui devait servir d’exemple à son personnel et à l’ensemble de ses élèves ne portait pas de bavette.

Dans les salles de classe, nous avons trouvé que les élèves portaient effectivement des bavettes et étaient assis un par table. Devant les deux salles de classe qui étaient opérationnelles au moment de notre passage et qui utilisaient le même couloir d’entrée, il n’y avait qu’un seul kit de lavage de mains installé.

Au cours de notre entretien réalisé avant la visite guidée, il avait cité le thermo flash parmi les dispositions prises par son établissement en matière de mesures barrières édictées. Mais, nous n’avons pas vu l’appareil sur le terrain.

Il est important de préciser que cette initiative intelligente de l’encadrement du groupe scolaire privé Tountouroun de Labé pose un sérieux problème de justice entre les enfants du pays. Si ses élèves font seuls cours en contact direct avec leur maître, au moment où tous les autres enfants du pays sont confinés à la maison, l’évaluation de fin d’année scolaire sera forcément faussée. Elle ne va pas refléter la valeur intrinsèque des différents candidats qui n’auront pas abordé les examens nationaux dans les mêmes conditions.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin