L’honorable Aly Kaba, président de la majorité parlementaire

Le Chef de la majorité présidentielle au parlement n’est pas tendre avec l’opposition extraparlementaire, qui compose le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), traitée par le président Alpha CONDE de « putschiste », dans une interview publiée par Jeune Afrique. Pour l’Honorable Aly KABA, joint par un reporter de Guineematin.com dans la soirée d’hier, lundi 1er juin, les actions menées par le FNDC pour empêcher la tenue du contesté et meurtrier double scrutin du 22 mars dernier, relèvent du terrorisme.

« Je constate à ce niveau que monsieur le Président de la République a été d’ailleurs clément en traitant ces opposants, regroupés au sein de la défunte FNDC, de putschistes. Pour moi, au vu de tout ce qu’ils ont engendré comme dégâts matériels et humains, à travers des actes de violence sans précédent dans notre pays, je les qualifie de terroristes », a lancé l’honorable Kaba.

Dans une intervention sur les Grandes Gueules de la radio Espace FM, Sidya Touré de l’UFR a dit son souhait de voir se tenir les élections présidentielles d’octobre prochain sans Alpha Condé. A ce sujet, le chef de la majorité parlementaire pense que l’opposant s’est disqualifié de par son inconstance politique. « Même à ma place, je ne pense que vous ne pourrez accorder un quelconque crédit aux propos d’un politicien ambivalent et inconstant aussi bien sur son identité que sur ses prises de positions. La candidature du Président Alpha CONDÉ, ne saurait être l’apanage de ses adversaires qui sont devenus leaders de partis politiques seulement après avoir été débarqués de la gestion des affaires publiques pour affairisme, corruption et dans le pire des cas pour faute lourde par feu Général Lansana CONTE.. La souveraineté appartient au peuple, pas à un clan mafieux », a lancé Aly KABA.

Parlant d’une ouverture possible du dialogue avec la classe politique, l’Honorable Aly KABA se dit favorable à une participation inclusive de tous les acteurs en vue d’apporter des réponses aux problèmes qui se posent au pays. « Nous sommes favorables à toute initiative de dialogue pour renforcer le tissu social, lutter contre pandémie et préparer les futures échanges électorales. Cependant, il doit être inclusif en y impliquant tous les partenaires ».

En attendant, dans le camp de la mouvance présidentielle, il n’est pas question d’ouvrir un quelconque débat sur la candidature ou non du président Alpha CONDE, encore moins de parler d’une transition politique en Guinée. Ils estiment que ce sont des questions qui n’ont pas de place dans le débat en cours, dominé par la crise sanitaire que traverse le pays.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin