Depuis l’annonce de la fermeture des lieux publics et l’interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes pour freiner la propagation du coronavirus, la maison des jeunes de Kankan ne fait plus de recettes. Les responsables des lieux sont pris au dépourvu par cette situation, ne parvenant plus à faire face à certaines dépenses indispensables au bon fonctionnement de la structure, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à dans la préfecture.

La maison des jeunes de Kankan, autrement appelée Batomba, est le lieu par excellence de retrouvailles de la jeunesse de la commune urbaine. Mais, avec l’état d’urgence décrété pour freiner la propagation du coronavirus, elle est aujourd’hui fermée au grand dam de ses gestionnaires.

Mamady Ami Kaba, administrateur général de la maison des jeunes de Kankan

En termes d’impact, Mamady Ami Kaba, l’administrateur général de ce lieu de loisirs, admet que la situation économique de l’enceinte est devenue compliquée. « On a des charges ici. Nous avons des travailleurs auxiliaires qui ne sont pas des fonctionnaires. Chaque fin de mois, on doit honorer nos engagements vis-à-vis de ces personnes, parce qu’il y a des dames qui s’occupent de la propreté des lieux, et des gardiens qui ne sont pas des fonctionnaires. Ils sont pris en charge par rapport à la recette que nous générons ici. Mais, vu qu’il n’y a pas d’activités, c’est clair qu’économiquement, ça joue sur tout le monde. Ce sont des pères et mères de familles, ils ont des bouches à nourrir… »

Pour monsieur Kaba, au moment venu, les autorités compétentes décideront de la réouverture de la maison des jeunes. « L’ex préfet, Aziz Diop, avait été le premier à nous demander de fermer la maison des jeunes. Quelques jours après, la décision du Président est tombée. Donc, pour une possible réouverture de la maison des jeunes, il faut que les autorités ordonnent. Sinon actuellement, les petites réunions qui se font ici, c’est uniquement dans le cadre de la lutte contre le Covid 19 », a-t-il indiqué.

A noter qu’à date, les indicateurs ne sont pas au vert pour décider de la flexibilité des mesures de restriction en vigueur. Le nombre de cas confirmés de COVID-19 continue de s’accroître. Le pays avoisine les 4.000 cas confirmés.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin