Le mois de juin, dédié à l’enfance, intervient cette année à un moment où 19 enfants sont détenus à la maison centrale de Labé sans jugement. Parmi eux, deux filles dont une nourrice qui a accouché en prison. C’est la direction préfectorale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance qui l’a annoncé, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Labé.

« Actuellement, il y a 19 mineurs qui sont emprisonnés à la maison centrale de Labé. Parmi eux, il y a deux filles dont l’une qui est nourrice et son enfant n’a même pas deux mois. Elle a accouché pendant qu’elle est en prison. Cette dernière est accusée d’avoir tué sa belle-mère il y a de cela plus de 6 mois à Sannoun qu’elle accuserait de sorcellerie », a indiqué Madame Kadiatou Baïlo Soumano, chargée des questions de l’enfance à la direction préfectorale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance de Labé.

Cette direction entend mettre à profit le mois de l’enfant pour plaider la cause de ces mineurs en conflit avec la loi. « Nous allons profiter de ce mois de l’enfant pour faire un plaidoyer auprès du procureur du tribunal de première instance de Labé par rapport à ces enfants détenus à la maison centrale de Labé pour qu’au moins leur jugement soit programmé afin que chaque enfant soit situé sur son sort. A défaut, nous allons solliciter auprès de la justice de mettre ces enfants à la disposition de leurs familles sous notre supervision suivi d’un contrôle judiciaire », ajoute Kadiatou Baïlo Soumano.

En raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, le mois de l’enfant ne sera pas célébré cette année comme d’habitude à Labé. Selon la direction préfectorale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, l’occasion sera mise à profit pour sensibiliser les enfants sur les comportements à adopter pour éviter cette maladie.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin