Ibrahima Diallo, chargé des opérations du Front National pour la Défense de la Constitution

La date de la reprise des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution ne devrait plus tarder à être annoncée. C’est Ibrahima Diallo, le chargé des opérations du FNDC, qui l’a annoncé au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce mardi 2 juin 2020. Selon lui, le comité de pilotage de cette plateforme, composée de partis politiques d’opposition et d’activistes de la société civile entre autres, va « très bientôt » annoncer la date de la reprise des manifestations contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé et leur mode opératoire.

« Nous sommes à la phase des consultations pour le moment, avec toutes les structures du FNDC pour définir les modes opératoires. Je crois que très bientôt, le comité va se prononcer. Nous demandons à la population de rester à l’écoute. Très bientôt, le comité de pilotage va donner un calendrier de manifestations et fixer le mode opératoire de ces manifestations. Nous avons 287 membres et responsables du FNDC qui sont injustement arrêtés et incarcérés dans les différentes prisons.

Nos manifestations viennent pour continuer le combat du FNDC. Après l’échec du coup d’Etat constitutionnel, notre objectif est d’empêcher monsieur Alpha Condé de briguer un 3ème mandat. Puisque l’actualité prendra forme avec cette autre volonté cette fois-ci qui sera clairement officialisée par monsieur Alpha Condé par rapport à sa candidature à la présidentielle d’octobre », a indiqué le coordinateur des opérations du FNDC.

Récemment, plusieurs responsables du Front National de la Défense de la Constitution ont annoncé la reprise des manifestations de rue dès après la fin du ramadan. En réponse, le gouvernement a brandi des menaces contre les « fauteurs de troubles » qui tenteront de violer l’état d’urgence sanitaire en vigueur dans le pays, qui a enregistré plus de 3800 cas positifs de coronavirus, selon les chiffres communiqués par l’agence nationale de sécurité sanitaire. Un nouveau bras de fer, aux conséquences incertaines, risque donc de s’engager entre le pouvoir de Conakry et ses opposants.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin