Les indemnités forfaitaires accordées aux anciennes gloires du football et des ensembles artistiques nationaux par le ministère des Sports ont suscité beaucoup de débats en Guinée ces derniers temps. Des artistes et des anciens footballeurs ont récemment dénoncé le caractère sélectif de cette mesure, notamment dans la presse et sur les réseaux sociaux. Pour éclairer la lanterne de l’opinion sur ces fonds et à qui ils sont destinés, le département a animé une conférence de presse ce jeudi 4 juin 2020, au stade Général Lansana Conté de Nongo, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour récompenser les efforts des anciennes gloires de la musique et du football, dont certains vivent dans le dénuement aujourd’hui, des indemnités forfaitaires leurs ont été allouées par le président Alpha Condé. Mais, des voix se sont élevées récemment pour dénoncer une certaine exclusion.

Sanoussy Bantama Sow, ministre des Sports de la Culture et du Patrimoine Historiques

Devant ces accusations, c’est Sanoussy Bantama Sow, ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, qui a été le premier à réagir. « Honnêtement, qui peut comparer Souleymane Chérif, ballon d’or africain, à un sportif guinéen? Si on lui donne 5 millions de francs guinéens (par mois, ndlr), je dis ici que c’est même insignifiant. Le président Alpha Condé répare ce qu’il n’a pas gâté. Au contraire, les gens devraient féliciter le ministère, féliciter le gouvernement. On a dit que c’est un début. Mais ce qui est plus choquant, c’est quand certains qui ont eu la possibilité de faire ce qu’on a fait, mais n’ont pas eu à le faire, sortent pour dénoncer ».

Lancinet Kabassan Keita, directeur national des Sports

Pour sa part, Lancinet Kabassan Keita, directeur national des Sports et des Activités Physiques, a indiqué que ces indemnités forfaitaires sont d’abord destinées aux anciens footballeurs du Hafia 77, triple champion d’Afrique des clubs, qui sont en vie. « Le Hafia 77, ce n’est plus un club, c’est un symbole. Vous savez, avec la première République, le sport et la culture étaient des facteurs de rayonnement à l’extérieur. Quand le Hafia 77 jouait, aujourd’hui on les appelle les anciennes gloires, mais quand on disait gloire, tout le monde répondait au peuple; ce n’était pas à eux. Ces messieurs en face de vous ont joué en six ans, de 1972 à 1978, avec cinq finales. Et sur les cinq finales, ils en ont remporté 3. Ce que les gens ne connaissent pas du Hafia, quand il s’agissait de réparer les erreurs de la première République, parce que ces messieurs se sont battus et n’ont rien eu, nous avons dit que pour toutes gloires sportives. Mais en Guinée, quand vous prenez le bilan sportif, 70% c’est avec le Hafia Football Club. Le palmarès du sport national c’est le Hafia. Donc, il fallait commencer par le Hafia. Nous sommes en train de réparer, mais il faut commencer par les meilleurs. Et qu’on le veuille ou pas, les meilleurs ce sont les joueurs du Hafia », soutient-il.

Jean Baptiste Williams, directeur national de la Culture

De son côté, Jean Baptiste Williams, directeur national de la Culture a fait le point sur les artistes ou groupes concernés par l’arrêté ministériel octroyant lesdites indemnités. « Ces gloires, aussi bien des Sports, des Arts et de la Culture, sont une institution ou sont des institutions. Dans le domaine des arts et de la culture, il s’agit donc des ensembles artistiques nationaux. C’est bien de donner la précision. Ces ensembles artistiques nationaux ont pour noms : les Ballets africains de la République de Guinée, autrefois Ballets Africains de Keïta Fodéba ; le Ballet national Djoliba ; l’Ensemble Instrumental et Chorale Nationale, l’orchestre national Kèlètigui et ses Tambourinis ; l’orchestre national Balla et ses Baladins ; le Bembeya Jazz national », a énuméré JB Willy.

Il faut rappeler que ces indemnités forfaitaires s’élèvent à 5 millions de francs guinéens payés chaque mois aux bénéficiaires qui sont au nombre de 80 personnes : 15 anciennes gloires du Hafia 77 en vie et 65 artistes des ensembles artistiques nationaux.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin