image d’archive

Alpha Ousmane Diallo dit Zomo, maire de la commune rurale de Kakoni, dans la préfecture de Gaoual ne semble pas se préoccuper du suicide de Modi Aladji Yidhâdho, un présumé chef d’un réseau de voleurs de bétail opérant dans la contrée qui s’est donné la mort par fusillade, la semaine dernière, à Wondi Barkéré ou Wondé Barkeré, dans le district de N’dantari, relevant de sa juridiction géopolitique, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

C’est après plusieurs tentatives que le maire de la commune rurale de Kakoni, Alpha Ousmane Diallo a accepté finalement de nous écouter dans la soirée de ce mercredi, 3 juin 2020, aux environs de 20h 30. Dans l’après-midi, il prétendait être occupé avec une mission de la Direction Préfectorale de la Santé (DPS) de Gaoual venue à Kakoni, dans le cadre de la mise en place des équipes de riposte contre la pandémie de Coronavirus (Covid-19) dans les différents districts de sa collectivité.

Revenant au vif du sujet, le chef de l’exécutif communal de Gaoual a coupé court : « tout ce qui est pénal ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse, ce sont les problèmes de développement local. Le reste vous pouvez gérer avec la hiérarchie de la gendarmerie » a déclaré le maire Alpha Ousmane Diallo, le Zomo (ou Jomo) du RPG Arc-en-ciel.

Cette réaction du maire de la commune rurale de Kakoni en vaut la chandelle et en dit long sur la qualité des services qu’il offre à la population locale en sa qualité « d’élu du peuple » au sortir d’une élection (pour ne pas dire sélection) organisée par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI-Version feu Me Amadou Salifou Kébé. Car, il s’agit bien de dossier de vol de bétail démantelé qui s’est soldé par un cas de suicide.

Selon notre source anonyme, des bœufs volés à Kakoni ont été retrouvés dans la préfecture de Télimélé. Les convoyeurs ont fini par dénoncer leur patron en la personne de Modi Aladji Yidhâdho qui, au fil du temps, y a acquis une grande réputation de présumé chef de réseau de voleurs de bétail semant terreur et désolation dans la zone.

Alerté, un agent de la gendarmerie prénommé Abdoul que notre source prend pour un bénévole aurait alors saisi le maire de la commune rurale de Kakoni de son intention de se rendre à Wondé Barkéré, dans le district de N’dantari pour cueillir Modi Aladji Yidhâdho, mis en cause dans cette affaire de vol de bétail. Pour montrer sa disponibilité et sa franche collaboration avec les services de sécurité, le maire Alpha Ousmane Diallo fait accompagner l’agent de son homme de confiance. Les deux passent prendre le chef du district, Modi Almami qui conduit la mission dans la concession du suspect.

Alors en état d’arrestation, l’intéressé demande à ses hôtes de lui laisser prendre quelque chose dans sa case avant de suivre ses « ravisseurs », parce que les missionnaires des autorités locales de Kakoni n’était munis, dit-on, d’aucun papier légal leur permettant de priver ce citoyen bénéficiant de la présomption d’innocence de sa liberté.

Quelques minutes après, on entend un coup de fusil à l’intérieur de la case. Modi Aladji Yidhâdho venait de se donner la mort, selon la rumeur la plus répandue. On rapporte que parmi les bœufs retrouvés à Télimélé, il y a une bête appartenant à Modi Lamarana qui se trouve être le grand frère de lait du présumé voleur de bétail qui s’est suicidé. Ce cas de suicide est présenté alors comme étant un témoignage éloquent que la victime avait donc honte de croiser le regard de son grand frère.

Mais, des interrogations subsistent au sein de la communauté. S’agit-il réellement d’un cas de suicide ? N’est-il pas question d’une bavure découlant d’une tentative de résistance de la part du suspect ? Qui a envoyé cet agent moins avertis chercher un redoutable voleur de bétail, quand on sait qu’au moment des faits, le commandant de la gendarmerie sous-préfectorale était en mission ?

Autant de questions auxquelles le regretté Inspecteur Derrick aurait sans doute pu trouver des réponses irréfutables.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin