L’humanité célèbre ce vendredi, 5 juin 2020, la journée mondiale de l’environnement. C’est une occasion de parler des problèmes liés à la dégradation de l’environnement et d’en envisager des solutions. Aujourd’hui, force est de constater que toutes les solutions proposées par les différents pays et les organisations internationales évoluant dans le domaine n’ont pas permis d’avoir le résultat escompté. Car, l’environnement est de plus en plus affecté par les actions de l’Homme, ce qui menace dangereusement la planète toute entière.

Parmi ces problèmes qui menacent le monde, il faut noter la pollution et la dégradation de l’environnement. Il y a également l’accroissement de la population qui impose un certain nombre de nécessités pour la vie humaine. Il s’agit notamment de la conquête des espaces habitables, l’agriculture extensive, la coupe abusive du bois et les feux de brousse. Autant de facteurs qui contribuent à la déforestation.

A cela s’ajoute la production des déchets de tout genre, principalement dans nos grands centres urbains. A Conakry par exemple, des tas d’immondices sont visibles à plusieurs niveaux, notamment le long des axes routiers, les marchés et au bord de la mer. Ce qui favorise la pollution et dégrade considérablement le cadre de vie. Ces facteurs ont entraîné notamment la baisse de la pluviométrie, le tarissement de certains cours d’eau et menacent même certains fleuves dont les têtes de sources ne sont pas suffisamment protégées. D’où la nécessité de mener des actions concrètes visant à mettre fin à la destruction de la couche d’ozone, lutter contre la déforestation, préserver la qualité des réserves d’eau et lutter contre la désertification et la sécheresse.

Mais, comment réussir tout cela ? D’abord, il faut trouver un ensemble de stratégies de développement basées sur le respect des principes et les règlements fondamentaux de la protection de l’environnement.

Il faut également sensibiliser tout le monde pour que chacun prenne ses responsabilités pour d’abord assainir son environnement immédiat et celui de la planète, gérer efficacement les déchets dans le respect strict des normes sanitaires environnementales, sensibiliser les communautés villageoises et les aider à adhérer aux pratiques modernes de l’agriculture et à éviter aussi les feux de brousse.

Enfin, il faut mettre en œuvre une véritable politique de reboisement notamment dans les zones minières, où la nature est complètement dévastée.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél : 622919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin