Un malade venu de la commune urbaine de Mamou (où il travaille) a été testé positif au COVID-19 à Kindia. Ce jeune homme a quitté la ville carrefour suite à une fièvre persistante qui a lui été diagnostiquée sur place comme étant du paludisme. Ce diagnostic a été remis en cause, après un test qu’il a passé à Kindia.

Un test dont le résultat s’est avéré positif au COVID-19, une pandémie qui sévit actuellement en Guinée et dans plus de 190 pays et territoires à travers le monde. Le malade se trouve actuellement au CREMS de Kindia ; et, à Mamou, les autorités sanitaires ont annoncé ce vendredi, 12 Juin 2020, avoir recensé 42 contacts. Des contacts qui ont été confinés à leurs domiciles respectifs, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le malade travaille pour une ONG belge qui évolue à Mamou. Et, c’est dans cette ville où il n’est pas sorti depuis deux mois successifs qu’il aurait contracté le coronavirus.

« Depuis dix jours, je ne me sentais pas bien. Je suis parti dans une clinique pour faire des consultations, ils m’ont dit que c’est le paludisme et la typhoïde. Ils m’ont donné des produits, mais ça n’allait toujours pas. Donc, le mardi, je suis venu à Kindia pour faire un test. Ce jeudi quelqu’un m’a appelé vers 9 heures pour me dire que je suis positif au COVID-19. Seulement, j’ai fait deux mois sans sortir de Mamou. Et, il n’y a pas de coronavirus à Mamou », a expliqué le patient qui a lui-même donné l’information au grand public.

L’annonce de ce nouveau cas confirmé de COVID-19 à Mamou (après celui du missionnaire de FHI360) a suscité une psychose chez certains habitants de la ville carrefour. Pris de peur, paniqués à l’idée d’être porteurs de ce maudit virus qui sème actuellement des cadavres à travers le monde, certains collaborateurs du malade ont immédiatement commencé à s’interroger sur leurs statuts. « Quand le DPJ (directeur préfectoral de la jeunesse) m’a informé de ce cas, j’ai eu des frissons. J’ai peur jusqu’à présent, parce qu’il n’y a pas longtemps nous mené des activités ensemble. Si je pouvais faire tout de suite un test ici (à Mamou), j’allais le faire pour avoir la tête tranquille », a confié jeudi soir une collaboratrice du malade.

Très inquiets, certains citoyens de la ville carrefour ont accusé les autorités sanitaires locales de jouer l’indifférence face ce cas confirmé de COVID-19. Il a été notamment reproché à ces autorités sanitaires de trainer les pieds dans le recensement des contacts du malade. Mais, pour la directrice préfectorale de la santé de Mamou il n’en rien de tout ça. Hadja Mariama Kankalabé Diallo affirme d’ailleurs que tous les contacts de ce cas confirmé ont déjà été recensés et confinés.

« Il y a eu une personne travaillant dans une ONG ici (à Mamou), qui n’a voyagé nulle part ces deux derniers mois, qui est tombé malade. Il a consulté une structure de santé privée où il a une assurance. Et, puis qu’il est resté sans succès, son ONG lui a dit d’aller à Kindia pour se faire tester. Chose qui a été fait ; et, le test s’est révélé positif au COVID-19. Alors, ils (les autorités sanitaires de Kindia) lui ont pris en charge immédiatement et ils nous ont informés hier. Nous aussi, nous avons recherché tous les contacts, y compris les contacts de l’ONG pour laquelle le malade travaille, ceux de son domicile, ses amis et même ceux de la clinique où il s’était consulté. Il y a eu en tout 42 contacts. La sanitation a été effectuée à son domicile et à la clinique. Et, nous sommes en train de suivre ses contacts maintenant. On les a confinés à domicile. On n’a pas les moyens de les mettre à ailleurs. Donc, on leur a demandé de resté à domicile et de s’auto-confiner », a expliqué Hadja Mariama Kankalabé Diallo.

A suivre !

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin