Pépé Francis HABA, président du parti Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD)

L’examen du Code Électoral par les nouveaux députés de la contestée Assemblée nationale polarise les débats et fait craindre un recul démocratique pour notre pays. Les acteurs politiques de l’opposition sont très amers contre cette autre forfaiture et ne manquent pas l’occasion de le dénoncer.

Joint au téléphone ce vendredi, 12 juin 2020, Pépé Francis Haba, leader de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD) a mitraillé le pouvoir et le RPG qui veulent « prendre notre pays en otage ». Avec monsieur Haba, il a été également question de falsification de la nouvelle constitution et de la présidentielle de 2020.

Décryptage !

Guineematin.com : les députés de la nouvelle assemblée nationale s’apprêtent à amender le code électoral, avec en toile de fond la désignation des responsables de quartiers et de districts par le pouvoir. Comment réagissez-vous ?

Pépé Francis Haba : c’est une volonté du pouvoir de tailler notre loi électorale sur mesure pour lui permettre d’avoir une main mise sur les auxiliaires de l’administration du territoire que sont les chefs de quartiers et de districts pour des fins de fraudes électorales. Rappelons que c’est une loi organique issue d’un dialogue politique entre l’opposition guinéenne et la mouvance présidentielle pour apaiser le climat politique et doter le pays d’un code juste et acceptable. D’ailleurs, après les élections locales et communales, le pouvoir a catégoriquement refusé l’application de cette loi qui devrait aboutir à la mise en place des conseils de quartiers et districts malgré une décision de la cour suprême l’obligeant à s’y conformer. C’est donc à dessein cette assemblée monocolore, illégitime et illégale est en train de vouloir continuer à biaiser le jeu démocratique en voulant permettre au Ministère de l’Administration du Territoire de les nommer. A cet effet, nous n’accepterons pas qu’Alpha Condé et les dignitaires du RPG Arc-en-ciel prennent en orage notre jeune démocratie. Non et Non.

Guineematin.com : on a parlé de falsification de la contestée nouvelle constitution votée le 22 mars dernier. Quel est votre point de vue là-dessus ?

Pépé Francis Haba : dans un pays normal et démocratique, on ne devrait même pas parler d’assemblée nationale à plus forte raison de constitution pour deux raisons. D’une part, les populations ont empêché dans la plupart des cas la tenue de ces élections dans leurs secteurs, quartiers et villages et d’autre part les conditions dans lesquelles le double scrutin du 22 mars s’est déroulé étaient chaotiques, frauduleuses et anti-démocratiques. Ces élections devraient tout simplement être annulées et reprises de façon inclusive et démocratique. Cela étant, si on considère qu’un document falsifié est nul et de nul effet, on est en droit de dire que la constitution qui devrait être applicable et opposable à tous est celle de 2010.

Guineematin.com : la présidentielle 2020 se profile à l’horizon. Pourriez-nous dire si vous en serez candidat ou pas avec une participation d’Alpha Condé ?

Pépé Francis Haba : Il faut dire que le Président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD) n’est pas d’office le candidat du parti, contrairement à plusieurs autres partis politiques personnalisés dont les présidents sont des demi-dieux et automatiquement les candidats. L’UGDD participera à la future élection présidentielle seule ou avec une coalition de partis politiques. Je serai candidat à la candidature de l’UGDD ou de cette plateforme de partis politiques en question. Mais avant, la question du fichier électoral, qui est un des points de discorde entre l’opposition et la mouvance, doit être réglée. Notre pays doit être doté d’un fichier électoral assaini et consensuel. Enfin, la non-participation d’Alpha Condé à cette élection est non négociable. Il n’y aura pas de 3ème mandat, c’est l’essence de notre engagement au sein du FNDC.

Guineematin.com : quel est le mot de fin ?

Pépé Francis Haba : mon mot de la fin est que je demande à tous les guinéens de sortir massivement le jour-j contre un troisième mandat d’Alpha Condé à la présidentielle 2020 parce qu’il ne faudrait pas que nous acceptions que notre jeune démocratie soit pries dans la main de ces dignitaires de ce régime-là. Il faut sauver notre jeune démocratie. Et aussi, je prie à chaque moment afin que la pandémie du coronavirus quitte de bon dans notre pays pour que les activités économiques reprennent leur train normal. Amen !

Propos recueillis par Léon Kolié pour Guineematin.com

Tel : 661 74 99 64 / 629 88 37 74

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin