Explosion d’une grenade à Beyla : 2 morts

Dans la soirée d’hier, samedi 13 juin 2020, une grenade a explosé dans les mains d’un père de famille, tuant deux personnes. Le drame a eu lieu dans le quartier Diakolidou Boufero, au centre-ville de Beyla, a appris Guineematin.com d’une source proche des victimes.

L’explosion des grenades est devenue récurrente dans notre pays qui n’a pourtant jamais été en guerre. Après la ville de Labé, la semaine dernière, c’est au centre-ville de Beyla que le dernier cas en date a été enregistré avec un bilan provisoire de deux morts et trois enfants gravement blessés.

Joint au téléphone dans la matinée de ce dimanche, 14 juin 2020, par un reporter de Guineematin.com, monsieur Lougmane Kéïta, voisin direct de la famille victime, a précisé que le drame s’est produit dans la soirée d’hier, samedi. Les victimes sont le doyen Bangaly Condé et son petit-fils, Laye Pépé Condé. Et, c’est un enfant qui aurait ramassé la grenade quelque part en ville pour l’amener à son papa à la maison.

« L’explosion s’est passée hier à 19 heures, dans le quartier Diakolidou Boufero, au centre-ville. Nous sommes voisins avec les victimes, c’est seulement le fossé nous sépare. C’est l’un de ses enfants qui a ramassé la grenade en ville et il l’a envoyée à son papa. Celui-ci ne connaissant pas ce que c’est, a essayé de démonter la grenade. A côté de lui, il y avait son petit-fils et ses trois enfants. Dès qu’il a enlevé la goupille, la grenade a explosé dans ses mains. L’une de ses mains a été coupée, il est tombé à terre et est décédé sur place. Les quatre enfants qui étaient à ses côtés ont été gravement blessés. Transporté à l’hôpital préfectoral, son petit-fils a succombé à ses blessures tôt ce dimanche. Et, les trois autres continuent de suivre leurs soins à l’hôpital préfectoral de Beyla », a expliqué monsieur Kéita.

A rappeler qu’en fin de week-end dernier, ce sont quatre enfants qui avaient perdu la vie en périphérie de la ville de Labé, en Moyenne Guinée, après, là aussi, l’explosion d’une grenade. Suite à ce drame, sans attendre la moindre enquête, le président Alpha Condé (qui termine son deuxième et dernier mandat cette année) avait dit que cet accident était à ses yeux un acte terroriste qui serait orchestré par des gens qui chercheraient le pouvoir ! Ce qui aurait pu faire rire, si on ne parlait pas de pertes en vies humaines…

Plus sérieusement, les organisations internationales devraient saisir les autorités guinéennes pour demander l’arrêt de cette banale circulation de ces dangereuses armes qui sont ainsi laissées à la portée de n’importe qui, surtout des enfants, et qui font des victimes civiles dans nos familles, alors que notre pays n’est pas en guerre…

A suivre !

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS