Le mauvais état de la route Kindia-Télimélé préoccupe les fils de cette autre préfecture oubliée de la Guinée. Le col de Loubha préoccupe davantage à cause de sa  nature accidentée et des risques liés à son ascension. C’est pour faire face à cette situation que les ressortissants de Télimélé ont décidé de se donner les mains à travers une opération de collecte de fonds.

Pour parler de cette initiative, un reporter de Guineematin.com s’est entretenu avec Dr Diao Baldé, ressortissant de la préfecture, le samedi dernier, 13 juin 2020. Il a été question de l’état des lieux de cette opération de levée de fonds et de l’implication des fils et filles de Télimélé pour l’aboutissement de ce  projet.

Décryptage !

Guineematin.com : à l’initiative des ressortissants de Télimélé, vous vous êtes engagés à refaire la route  au niveau du col de Loubha. Comment cette idée est-elle née ?

Docteur Diao Baldé, ressortissant de Télimélé

Dr Diao Baldé : c’est une initiative locale. C’est venu des transporteurs eux-mêmes et d’un citoyen de Télimélé qui réside en Guinée-Bissau. Il a appelé un parent qui était au niveau du col de Loubha, pour lui demander où il était. Il a dit qu’il est en train de peiner sur la côte pour monter Loubha. Lui, il a dit que c’est dommage que jusqu’à présent, en tant que ressortissants et fils de Télimélé, on n’arrive pas à prendre des dispositions pour corriger cela. Ajoutant qu’on peut bien y arriver avec les initiatives locales. Il a précisé que lui il est déjà prêt à donner trois tonnes de ciments, tout en demandant à son interlocuteur que l’initiative soit lancée auprès des autres transporteurs, camionneurs, des autres commerçants et ressortissants pour pouvoir au moins bétonner le col de Loubha qui s’étale sur une centaine de mètres. Donc, l’idée est venue de là. Cette personne a donc contacté Elhadj Kalil Baba Touré, lui aussi a contacté Elhadj Amadou Baïlo. C’est partie de bouche en bouche et ils sont venus chez-moi aussi pour m’en parler. Je leur ai dit que je serai volontiers partant pour cette initiative et je l’encourage vivement. Ainsi, on a rencontré les autorités communales et préfectorales pour en discuter. Et, l’initiative qui a commencé il y a environ deux semaines a mûri et a été saluée par tout le monde…

Guineematin.com : on apprend qu’un montant a été déjà collecté. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Dr Diao Baldé : avec la rencontre qu’on a eue avec les autorités préfectorales et communales, il s’est dégagé l’idée de mettre en place un comité de gestion. Ce comité a en charge entre-autres de sensibiliser les ressortissants et les sympathisants de Télimélé sur la nécessité de la réfection de ce col. Donc, un comité composé de 5 membres a été constitué. Il comprend Elhadj Amadou Baïlo, qui est un des opérateurs économiques qui a ses magasins en ville ; Elhadj Kalil Touré, qui est transporteur ; Zafar qui est le responsable du syndicat des transporteurs ; Elhadj Sory, qui est un des opérateurs économiques aussi qui est beaucoup lié aux transporteurs ; et moi-même Diao Baldé, fils de Télimélé pour tout ce qui est de mobilisation des ressortissants, interne et externe.

Ce comité a été mis en place, on nous a défini notre mandat ; et, aussitôt, on s’est mis à la tâche. On a fait des correspondances, envoyées à nos ressortissants qui sont à l’intérieur de la Guinée mais également à ceux qui sont à l’extérieur. Via les réseaux sociaux, on a essayé de ventiler ces courriers, invitant les fils ressortissants de Télimélé, sympathisants aussi à se mobiliser pour la réparation du col de Loubha. Naturellement, toute la route fait problème. Ça fait plus de 10 ans que cette route n’a pas été restaurée. Donc, il n’y a pas eu de travaux d’entretien depuis plus d’une dizaine d’années, vous comprendrez ainsi l’état de dégradation de cette route. Bien que cette route soit dégradée ; mais, le col de Loubha est bien particulier avec des pentes très raides, et des villages fermés. Et, ça fatigue énormément les citoyens, ça joue énormément sur le coût du transport. Imaginez-vous le coût du transport de Conakry-Télimélé, c’est le même coût que de Conakry à N’Zérékoré. C’est vous dire combien de fois cette route cause énormément de problèmes aux gens de Télimélé. Donc, quand on a commencé la sensibilisation, on a associé aussi nos députés qui ont également pris la chose en main. Ils ont essayé de contacter Guicopress pour le sensibiliser afin qu’il puisse nous venir en aide. Guicopress a pris des engagements pour nous refaire le Col. Mais, quoi qu’il en soit, il faut que nous continuions notre mobilisation parce qu’en dehors du col de Loubha, il y a toute la route jusqu’au niveau de 15 kilomètres à Gougoudjé.

Pour le moment, nous sommes à près de 20 tonnes de ciments mobilisés, et plus de 25 millions GNF mobilisés. Nous avons aussi des annonces qui ne sont pas encore matérialisées, puisque ce sont des citoyens qui sont à l’étranger ; mais, ils sont engagés à y contribuer.

Guineematin.com : alors des contributions financières et matérielles ont été faites. A quand le démarrage des travaux ?

Dr Diao Baldé : on a tenu une réunion avant-hier avec les autorités communales, nous attendons le geste de Guicopress ; et, ça, c’est dans les 10 jours. Au-delà des 10 prochains jours, nous irons avec les moyens de bord. C’est-à-dire que nous essayerons de faire en sorte qu’il y ait des ingénieurs pour nous assister, pour nous conseiller sur ce qu’il faut faire. Même si nous arrivons à faire, 10, 20, 30 ou 40 mètres sur le Col en fonction des ressources ; mais, que ça soit bien fait et qu’on aura fait de notre mieux pour refaire la route et faciliter la circulation.

Guineematin.com : on sait que la préfecture de Télimélé a été longtemps oubliée par les dirigeants qui se sont succédé à la tête de la Guinée. Quel appel avez-vous à lancer aux autorités ?

Dr Diao Baldé : Télimélé a lancé chaque fois des appels pour la réfection de la route et le problème de l’électricité. Mais, si la route est déjà faite, c’est déjà quelque chose de plus. Nous invitons les autorités à nous venir en aide pour la réfection de la route. Il faut que nous-mêmes, fils de Télimélé, nous prenions à bras le corps l’état de notre développement. Télimélé est l’une des rares préfectures qui fait limite avec 8 autres préfectures. De Télimélé, vous accédez à Gaoual, plus facilement Gaoual-Koundara sur la route nationale pour le Sénégal. De Télimélé, vous allez à Lélouma. C’est encore plus facile de quitter Conakry via Télimélé pour aller à Lélouma que via Mamou. C’est pareil pour Télimélé-Pita. Vous avez également Télimélé-Boffa, Télimélé-Boké, Télimélé-Dubréka, Télimélé-Kindia. Vous imaginez l’importance de faire la route de Télimélé ? Donc, nous invitons les fils de Télimélé à se mobiliser, à prendre cela comme une préoccupation majeure. Mais, au-delà de cela, l’autorité doit être consciente de l’état de dégradation de cette route. On est aussi une population de la Guinée, nous devons bénéficier des fruits de la croissance, des revenus générés par nos ressources minières d’autant plus que la CBG a plus de 7 concessions minières dans Télimélé. Il faut que toutes ces ressources-là se répercutent sur le développement de Télimélé.

Interview réalisée par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin