Le FNDC attise à nouveau les tensions en Guinée en annonçant la reprise de ses manifestations de rue à partir du 8 juillet 2020. Cette annonce suscite des réactions de colère dans les rangs de la mouvance de présidentielle. Interrogé par un journaliste de Guineematin.com, l’honorable Moustapha Diané, député uninominal de Dabola et premier vice-président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, a dénoncé une décision inopportune. Ce qui prouve encore une fois, dit-il, que le FNDC ne se soucie pas du bien-être de la population guinéenne.

Honorable Moustapha Diané, député uninominal de Dabola

« C’est inopportun d’organiser des marches actuellement. Comme très souvent, le FNDC ne se soucie pas du bien-être de la population guinéenne. Parce que ce n’est pas dans la rue que les problèmes se résolvent. Partout dans le monde, dans toutes les grandes démocraties, les problèmes sont résolus à l’Assemblée nationale. Les marches de protestation pacifique c’est bien, sauf que très malheureusement, nous assistons ici à des marches extrêmement violentes. Et vous n’avez qu’à regarder les véhicules des forces de l’ordre et de sécurité vous voyez que ce sont tous des véhicules qui sont caillassés », a dit le parlementaire.

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) justifie sa décision de reprendre les manifestations de rue à partir du 8 juillet prochain par les multiples arrestations enregistrées dans ses rangs, malgré la trêve qu’il a observée en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. La structure entend manifester pour exiger justement la libération de ses membres incarcérés dans les différentes prisons du pays et contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin