Honorable Mamadou Cellou Baldé, ancien député uninominal de Labé

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a instruit le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) de procéder à l’installation des conseils de quartiers et de districts. Cette décision, rendue publique à travers un décret pris hier soir, intervient deux ans quatre mois après la tenue des élections communales et communautaires en Guinée. Interrogé à ce sujet ce vendredi, 19 juin 2020, Cellou Baldé de l’UFDG a dénoncé la violation systématique de la loi par le pouvoir en place et minimise la portée de ce décret.

Pour Cellou Baldé, coordinateur des fédérations de l’UFDG à l’intérieur du pays, la priorité du parti et de toute l’opposition est ailleurs.

Décryptage :

« Vous avez vu qu’on devait depuis deux ans installer les conseils de quartier, les conseils de district et les conseils régionaux. Mais comme monsieur Alpha Condé gère notre pays en fonction de ses humeurs et non en fonction des lois de la République. Pendant deux ans, il a violé les lois de la République, il a violé le code électoral qui est une loi organique relative aux élections dans notre pays. Et, cela constitue un acte de parjure et de haute trahison.

Donc pour nous, du côté de l’UFDG et de l’opposition politique, ce n’est pas du tout un enthousiasme, ce n’est pas du tout un acte majeur. Monsieur Alpha Condé a refusé de faire appliquer la loi depuis 2 ans. On n’avait même pas besoin d’un décret parce que la loi est très claire, après l’installation des conseillers communaux on aurait du installer les conseils de quartiers et de districts. Et, 60 jours après on aurait du installer les conseils régionaux.

Mais, nous savons tous que monsieur Alpha Condé n’est pas quelqu’un qui respecte les lois dans notre pays. Si vous entendez d’ici 18 heures qu’il a renié son décret, ne soyez pas étonné. Vous savez qu’en décembre, quand on a constaté qu’il ne voulait pas le faire, nous avons saisi la Cour Suprême qui avait fait injonction à l’exécutif de procéder à l’installation. Ça n’a pas été suivi d’effets. On avait saisie le Premier ministre à un moment donné, ça n’a pas été suivi d’effets. Vous savez qu’aujourd’hui, il y a monsieur Saïkou Yaya du FNDC en prison, bien qu’ayant bénéficié d’une décision de justice pour qu’il soit mis sous liberté conditionnelle. Jusqu’à présent, cette décision n’a pas été exécutée…

Ce qui nous préoccupe dans ce pays, c’est comment travailler à faire dissoudre cette Assemblée nationale illégitime et illégale, comment faire en sorte que monsieur Alpha Condé jette à la poubelle ce chiffon de constitution falsifiée, c’est comment faire en sorte que monsieur Alpha Condé respecte les lois de notre pays pour ne pas être candidat aux élections présidentielles 2020. C’est cela la préoccupation de l’UFDG, de l’Opposition politique et du Front National pour la Défense de la Constitution ».

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin