La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a annoncé la date du 18 octobre 2020 pour la tenue du premier tour de l’élection présidentielle. Alors que le président Alpha Condé doit entériner cette date, des voix s’élèvent dans les rangs de l’opposition pour dire que la tenue de cette date est incertaine au regard de la montagne de défis qui se dresse devant nous. Interrogé à ce sujet par un reporter de Guineematin.com ce samedi, 20 juin 2020, l’opposant Bah Oury dit avoir beaucoup de craintes.

L’organe de gestion des élections en Guinée souhaite organiser le 1er tour des élections présidentielles le 18 octobre 2020. Pour Bah Oury, les conditions ne sont pas réunies pour la tenue d’une élection aussi majeure qui est la présidentielle.

« Nous sommes dans un pays qui a de sérieux problèmes. Nous n’avons pas de constitution au regard de la loi dans un pays normal. Ça, c’est un. Deuxièmement, nous n’avons pas de fichier électoral permettant d’avoir des élections crédibles. Nous n’avons pas une Cour Constitutionnelle capable de dire le droit en toute neutralité et en toute objectivité. Donc, nous avons un environnement où tous les problèmes du monde sont concentrés et accumulés et si on veut nous parler d’une élection présidentielle sans au préalable mettre de l’ordre dans le pays pour organiser correctement les choses, il va de soi qu’on envoie le pays dans l’abîme », a lancé laconiquement l’ancien ministre de la réconciliation nationale.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin