Une affaire de vol de bétail défraie la chronique depuis quelques semaines dans les communes rurales de Kollet et de Kouratongo, relevant de la préfecture de Tougué. Alors que les présumés voleurs sont détenus en prison à Tougué, la controverse enfle au sujet du rôle des élus locaux dans cette affaire. Le maire de la commune rurale de Kollet, Ibrahima Kaba Bah, accusé d’avoir cherché à étouffer le dossier, s’inscrit en faux et dénonce les agissements de ses adversaires. Il l’a dit dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com qui vient de séjourner dans la localité.

Le vol de bétail est un fléau qui fatigue les éleveurs du Fouta Djallon d’autant plus que les voleurs sont des voisins, très habiles et qui passent souvent entre les mailles du filet.

Le maire de la commune rurale de Kollet, Ibrahima Kaba Bah, est accusé d’avoir perçu d’importantes sommes d’argent dans cette affaire de vol de bétail. Interrogé par notre reporter, monsieur Bah a apporté des précisions. « Le cas de vol de bétail ici chez nous, à Kollet, est interprété de différentes manières. En ce qui concerne la confusion selon laquelle le préfet aurait dit que le maire que je suis aurait reçu 100 millions des mains des voleurs de bétail, ces propos n’émanent pas du préfet. Moi-même, c’est après avoir réécoute l’audio de l’interview du préfet sur les ondes de GPP Fm que j’ai compris que le préfet n’a pas parlé de 100 millions ; mais plutôt, il a parlé d’un million proposé pour chaque propriétaire des vaches ».

Parlant de ce montant, le maire dit qu’il s’agissait plutôt de 500 mille GNF et était destiné aux frais d’entretien des 8 vaches retrouvées dans les mains des présumés voleurs et de déplacement. « Le préfet a ordonné à ce que chaque victime paye 500 000 GNF au lieu d’un lieu d’un million. Le montant de 500 000 GNF était destiné aux frais de déplacement des bêtes vers la commune rurale de Kollet, les frais de ceux qui s’occupaient de la nourriture des bêtes, les communiqués à la radio pour appeler les citoyens de venir faire des vérifications. Parmi les victimes, une seule victime aurait refusé de payer les 500 000 GNF. C’est ainsi que le préfet a réussi à convaincre de payer le montant… ».

Pour ce qui est de ses relations avec le préfet, Ibrahima Kaba Bah parle d’incompréhension. « Le seul malentendu entre le préfet et moi est le fait qu’une fois les bêtes retrouvées dans ma juridiction, j’ai saisi immédiatement le juge sans passer par lui. Cet acte n’a pas assez été apprécié par le préfet. Cependant, dans les textes des collectivités, il est mentionné que le maire peut saisir la justice directement et que le préfet reste une autorité de tutelle. On aurait raconté au préfet que j’ai reçu de l’argent dans les mains des voleurs sans l’informer et que j’aurai négocié avec le juge. Ces propos sont de nature diffamatoire, c’est une diversion uniquement pour tenter de nous opposer. Certains racontent que la police communale a pris les voleurs et qu’ils se seraient échappés alors que Kollet ne dispose pas de police communale, car il y a trois ans que les communes ne reçoivent pas de subvention. Comment recruter un père de famille comme garde communale si nous ne pouvons pas les payer ?

Revenant sur les huit vaches retrouvées dans sa juridiction, le maire de Kollet précise. « C’est le président du district qui m’a informé de l’existence du bétail abandonné à Douroun. Il a écrit en arabe et transcrit en français qu’il a mis à ma disposition 8 têtes de bœufs. C’est après ce cas de vol qu’un autre cas s’est avéré dans le district de Horé Kollet où on a attrapé un jeune, nommé Ibrahima BALDE en flagrant délit de vol de bétail et il aurait avoué que c’était lui qui aurait abandonné les 8 vaches à Douroun. Ce jeune aurait cité des noms comme Bhoundou Koura, qui est considéré comme le plus grand voleur de bétail du nord ; Alhassane, qui a donné les bêtes à Ibrahima et Oumar pour les convoyer. Alhassane est en prison présentement, alors que le nommé Oumar est en cavale vers le Mali présentement. Ce qui est marrant dans cette histoire, ils ont tout fait pour que le jeune voleur, Ibrahima Baldé, cite mon nom. Ils l’ont trimballé en justice pour qu’il cite mon nom dans cette affaire ; mais, le jeune a affirmé sur PV qu’il n’accuserait pas le maire pour d’autres fins ».

Interrogé sur les accusations portées contre le maire de Kollet, le préfet de Tougué, Elhadj Abdourahmane Baldé, a démenti. « Vous savez qu’en Guinée, les gens sont nourris de supputations. On parle sans contrôler le dossier. Effectivement, il y a eu un cas de vol de bétail dans la commune de Kollet, district de Douroun. Parmi les 8 têtes retrouvées, il y avait 4 vaches tatouées et 4 non tatouées. Ainsi, le président du district a aussitôt alerté le maire sur l’existence de ces bêtes à Douroun. Une fois le maire informé, il est descendu sur les lieux avec le gendarme pour constater le fait et a immédiatement ordonné à leur déplacement vers Kollet centre pour des fins d’enquêtes. Ainsi, nous autorités avons fait un communiqué à la radio demandant aux citoyens de venir chercher leur bêtes à la commune avec témoins et moyennent un paiement d’un montant symbolique de 500 000 GNF pour couvrir les frais liés à l’entretien des animaux. Auparavant, le montant était fixé à un million, mais vu la pauvreté des citoyens, nous avons négocié pour 500 000 GNF par tête et il avait été conclu que ces montants seraient remboursés par le voleur une fois qu’on aurait mis mains sur le coupable. Quand on dit qu’il y a eu cent millions qui ont été donnés au maire de Kollet, on ne peut pas vérifier cette accusation car jusque-là, nous n’avons pas reçu de plainte ni de lettre dénonciation ni de personne physique qui a dénoncé. De plus, toutes les discussions sur ce vol ont été faites à ciel ouvert dans le bureau du préfet et dans le bureau du juge. D’ailleurs, c’est très bête de croire que pour 8 vaches on paye au maire cent millions, parce que même en vendant les 8 vaches on n’aura jamais 100 millions. Le maire ne peut pas à lui seul dépenser 100 millions sans que nous ne soyons informés. »

Dossier à suivre !

Alpha Oumar Télico Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 61 60 89

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin