Un juge fédéral à Albany a bloqué hier, vendredi 26 juin 2020, les dirigeants de New York d’empêcher les maisons de cultes de rouvrir et d’accueillir les fidèles. Il a déclaré que le gouverneur Andrew Cuomo et le maire Bill de Blasio ont favorisé les protestations en empêchant la prière en masse lors de l’imposition de restrictions dues au coronavirus (COVID-19). Le juge fédéral oppose à ce qu’ils traitent les maisons de culte différemment des entreprises.

Le juge Gary Sharpe a écrit que Bill de Blasio et Andrew Cuomo ne peuvent pas encourager des milliers de personnes à descendre dans la rue pour protester contre l’injustice raciale tout en restreignant les rassemblements religieux en plein air. « En agissant comme ils l’ont fait, le gouverneur Cuomo et le maire de Blasio ont envoyé un message clair que les manifestations de masse méritent un traitement préférentiel », a écrit le juge.
Le juge a noté que Bill De Blasio avait « des messages de rassemblement pro-manifestation / antireligieux simultanés » qui sapaient les arguments juridiques de la ville. Andrew Cuomo a également « applaudi et encouragé à protester et découragé les autres de violer les limitations à l’extérieur. »

Le juge empêche donc l’État d’imposer des restrictions aux rassemblements religieux en plein air à condition que les fidèles respectent les exigences de distanciation sociale. Il a également jugé que de Blasio et Cuomo ne pouvaient pas traiter les lieux de culte différemment des entreprises comme les salons de coiffure et les magasins de détail. La ville et l’État avaient autorisé les magasins de détail à fonctionner à 50% de leur capacité dans le cadre de son plan de réouverture de la phase 2 tout en limitant les lieux de culte à 25% de leur capacité intérieure. La décision est intervenue dans un procès engagé par des prêtres catholiques du nord du pays et des dirigeants juifs orthodoxes de Brooklyn, qui ont fait valoir que les restrictions portaient atteinte aux droits du premier amendement. Les prêtres ont dit qu’ils n’étaient pas en mesure d’offrir la messe et d’autres sacrements. Les fidèles juifs orthodoxes ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas satisfaire à une exigence religieuse de prier en groupes de 10 hommes ou plus. La décision du juge Gary Sharp a été un ouf de soulagement chez tous les religieux à travers le pays. Les fidèles musulmans ont recommencé les prières de Vendredi dans les mosquées ce 26 Juin 2020 dans la majorité des localités de l’état tout en respectant les mesures barrières.

Nous y reviendrons !

De New York, Mamadou Diouma Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 1 646-591-2659

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin