La réouverture des classes, qui étaient fermées depuis trois mois en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, a été fortement perturbée dans les écoles publiques de Kouroussa. En effet, plusieurs enseignants en service dans cette ville de la Haute Guinée ont organisé une manifestation ce lundi, 29 juin 2020, pour réclamer le paiement de leurs primes d’incitation, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Ils sont tous membres du personnel d’encadrement de leurs écoles respectives en même professeurs chargés de cours. Un double statut qui a créé la confusion lors du recensement de ceux qui devaient bénéficier des primes d’incitation accordées récemment aux enseignants en situation de classe. Ils sont en situation de classe mais ne bénéficient de ces primes puisqu’ils sont recensés en tant personnels de direction. Après avoir mené plusieurs démarches en vue de leur rétablissement dans leurs droits sans succès, ils ont décidé de se faire entendre dans la rue.

Ces enseignants ont profité de la rentrée scolaire pour aller protester devant la direction préfectorale de l’éducation et réclamer le paiement de leurs primes d’incitation au compte des 5 derniers mois. « Nous réclamons vivement nos primes d’incitations de 5 mois. Si le DPE est incapable de faire son travail, il peut rendre sa démission et un autre viendra. Les cours ne vont reprendre dans les écoles de Kouroussa, surtout dans les sous-préfectures, tant que les primes ne sont pas payées », a déclaré l’un des protestataires.

De son côté, le directeur préfectoral de l’éducation de Kouroussa, assure qu’il n’est pas resté indifférent face à la situation. Mais, dit-il, ses démarches n’ont pas encore abouti. « Nous ne sommes pas restés en marge de leurs difficultés, nous avons eu à faire des remontées à leur sujet pour demander leur droit aux autorités compétentes qui sont le MENA et la fonction publique que nous nous représentons. C’est vrai qu’ils ne sont pas payés aujourd’hui, mais ils doivent reconnaître aussi l’effort qu’on a fourni pour les quelques-uns qui sont pris en charge parmi eux. Nous allons travailler dans le sens de leur satisfaction, on a pris note et nous allons informer la hiérarchie. Nous sommes responsables et nous allons assumer cette responsabilité », a promis Mamady Condé.

Après la DPE, les manifestants se sont dirigés rendus à la préfecture. Le préfet n’étant pas sur place, c’est le secrétaire général chargé des collectivités locales qui les a reçus. Ce dernier s’est engagé également à remonter la revendication de ces enseignants à qui de droit.

De Kouroussa, Mamady Bayo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin