A l’image de nombreux établissements d’enseignement de la Guinée, l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC) de Kountia, dans la préfecture de Coyah, a rouvert ses portes hier, lundi 29 juin 2020. Sur place les mesures barrières édictées par les autorités sanitaires ont été respectées à la lettre à la grand satisfaction des encadreurs, enseignants et étudiants, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A l’ISIC de Kountia, comme partout ailleurs, c’est les étudiants en classe de 4ème année qui sont concernés par cette reprise, après 3 mois de trêve forcée liée à la propagation du coronavirus en Guinée. Encadreurs, enseignants et étudiants sont présents ce mardi, avec un dispositif hygiénique bien en place. Des kits sanitaires sont installés partout dans la cour de l’institut alors que le respect des gestes barrières est de mise dans les deux classes de 4ème année.

Pr. Djenabou Barry, directrice générale de l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication

Interrogée par notre reporter, Pr Djénabou Barry, directrice générale de l’ISIC, a dit sa satisfaction. « Ma réaction face à cette réouverture des cours est satisfaisante parce qu’après trois mois de la fermeture des écoles à cause du COVID-19, il n’était pas facile de deviner que le chef de l’Etat allait prendre l’initiative d’ordonner la réouverture des écoles uniquement pour les classes d’examens. Donc, en tant que la première responsable de cet établissement supérieur, je ne peux que me réjouir de cette décision d’espoir du président Alpha Condé. Pour ce qui concerne la lutte contre le COVID-19 dans mon école, vous le constatez que les kits de lavages des mains se trouvent partout dans la cour et votre température est automatiquement prise par les vigiles à la porte. Dans les salles de classes, les gestes barrières sont appliqués comme ça se doit aux étudiants et enseignants », a-t-elle expliqué.

Maxime Maomou, chef du département Communication de l’ISIC

Pour Maxime Maomou, chef du département Communication de l’ISIC, c’est soulagement d’autant plus qu’il redoutait une année blanche. « Je suis très ravi et content de cette réouverture des classes dans nos établissements supérieurs. Cela me donne un ouf de soulagement parce que je ne croyais pas une seconde que les autorités du pays pouvaient ordonner cette reprise des cours avec cette montée vertigineuse de ce virus mortel dans notre pays. Je me disais qu’on allait faire une année blanche, sans blague. Dans cet établissement, nous avons pris nos dispositions contre la propagation de ce virus. Comme vous le voyez, les kits sanitaires sont présents dans toute la cour et vous remarquez qu’ici dans les deux classes, les gestes barrières sont respectés par les étudiants. Que Dieu nous protège contre ce virus », a lancé monsieur Maomou.

Aminata Mansadouno, étudiante en 4ème année, Licence Communication

Le nombre d’étudiants n’est toutefois pas satisfaisant, si l’on en croit, Aminata Mansadouno, étudiante en 4ème année, Licence Communication. « Je vous dirai que je suis comblée de joie par rapport à cette reprise des cours. Et le plus rassurant, c’est que les responsables de cet établissement disposent de tous les matériels sanitaires pour freiner la propagation du COVID-19 dans notre institut. Mais, le plus déplorable, vous constatez qu’il y a moins d’étudiants dans les classes. C’est tout simplement à cause du coût excessif des frais de transport à cette période de la pandémie de COVID-19. Donc, je demande à l’Etat de trouver une solution pour ces étudiants qui n’ont aucun moyen de venir suivre les cours. Sinon, que les cours se déroulent dans de bonnes conditions », a dit l’étudiante.

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tel : 661 74 99 64 / 629 88 37 75

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin