Le quartier Dabomdy 2, qui relève de la commune de Matoto, est menacé par de fortes inondations en cas de grandes pluies, si rien n’est fait dans les prochains jours pour s’occuper des ordures qui obstruent le passage de l’eau. Malheureusement, chaque année, de nombreuses familles sont victimes d’inondation liées au dérapage de l’eau de ruissellement dans le secteur Makia Touré, qui relève de Dabondy 2.

Fodé Lamine Soumah, chef du quartier Dabomdy 2

Interrogé par un reporter de Guineematin.com hier, mercredi 1er juillet 2020, Fodé Lamine Soumah, le chef du quartier Dabomdy 2, n’a pas caché les difficultés auxquelles ils font face pendant cette période de grandes pluies. « Chaque fois qu’une forte pluie s’abat sur Conakry, nous sommes tout de suite inondés ici par les eaux de ruissellement. C’est ce à quoi nous assistons à tout moment. Hier soir par exemple, le pont qui servait de passage d’eau était bouché. Et, j’étais obligé de donner de l’argent aux jeunes du quartier pour aller le déboucher pour qu’en cas de pluie, l’eau puisse circuler normalement », a indiqué Lamine Soumah.

Après avoir saisi plusieurs fois le département des Travaux publics, via la mairie de Matoto, le chef du quartier commence à désespérer, surtout que c’est le ministère de la Ville qui avait été le premier à être saisi de cette situation. « On a écrit au ministère des Travaux publics à travers la mairie à maintes reprises, sans suite. Ça fait trois ans qu’on cure les caniveaux pour éviter les inondations. Mais, cela ne suffit pas. Parce que dès qu’il y a de grandes pluies, le coin est bouché par les ordures et nos concessions font les frais », regrette le chef du quartier.

Pour le moment, c’est une ONG qui a porté assistance aux citoyens de Dabondy. « Une ONG nous a porté secours, elle nous a aidés à faire des canaux d’évacuation dans le secteur Makia Touré, mais comme le pont de passage d’eau est petit surtout lorsque les ordures sont drainées », a précisé Fodé Lamine Soumah.

Madame Mariam Camara

Egalement interrogée par Guineematin.com, madame Mariam Camara trouve que les citoyens de ce quartier sont abandonnés à leur triste sort par l’Etat. « Pendant la saison pluvieuse, nous vivons dans l’eau, elle entre dans nos maisons et mouillent nos sacs de riz. C’est l’eau qui a gâté mon congélateur que vous voyez là. Et, aujourd’hui, toutes nos préoccupations restent comment trouver une solution à ce problème. Chaque saison pluvieuse, toutes les concessions que vous voyez aux alentours sont inondées ; et, toutes nos affaires sont mouillées, d’autres complètement gâtées. L’État doit nous aider à sortir de cette situation qui n’a que trop duré… Nous craignons beaucoup cette année aussi si rien n’est fait », a dit Mariam Camara.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tél. : 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin