Abdoulaye Oumou Sow, responsable de la communication du FNDC

C’est sans surprise. La manifestation que le FNDC compte organiser le 8 juillet prochain à Conakry est interdite par les autorités. La décision a été annoncée ce jeudi, 2 juillet 2020, par les différentes mairies concernées, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans leurs courriers adressés au Front National pour la Défense de la Constitution, les mairies de Matoto, Matam et Kaloum invoquent l’état d’urgence sanitaire en vigueur dans le pays pour justifier l’interdiction de cette manifestation. Une interdiction à laquelle le FNDC ne compte pas se plier.

C’est en tout cas ce que le responsable de la communication de cette plateforme opposée à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, a confié à notre rédaction. « La manifestation reste maintenue, parce que l’argument avancé par les différentes mairies n’est pas valable. Nous avons écouté récemment Dr Sakoba Keïta (le directeur général de l’agence nationale de sécurité sanitaire) qui disait que la distanciation sociale n’a jamais été respectée en Guinée, d’autant plus que les marchés ont toujours continué à fonctionner.

Donc, ça veut dire l’argument de la distanciation sociale ne tient pas. On a même vu des manifestations qui ont eu lieu ces derniers temps dans plusieurs pays du monde qui sont pourtant touchés par le coronavirus. Et là-bas, on n’a pas parlé de distanciation sociale. Donc, pour nous, ce n’est pas un argument valable. Et là, on met le peuple dans l’obligation d’utiliser l’article 21 de la constitution, qui lui donne le droit de résister à l’oppression », a déclaré Abdoulaye Oumou Sow.

Le Front National pour la Défense de la Constitution va se retrouver en plénière extraordinaire demain matin, vendredi 3 juillet 2020, pour plancher autour de cette situation. La plateforme pourrait même annoncer d’autres décisions fortes allant dans le sens de la « résistance à l’oppression ». A rappeler que la manifestation du 8 juillet vise à réclamer la libération des membres du FNDC détenus dans les prisons du pays, mais aussi contre un éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin